ARABIE SAOUDITE

En images : les attaques de missiles houthis filmées par des riverains à Riyad

Source : Twitter
Source : Twitter

Publicité

Nouvelle escalade dans la guerre qui oppose la coalition militaire conduite par l’Arabie saoudite aux rebelles houthis. La défense anti-aérienne saoudienne a intercepté sept missiles tirés par les rebelles chiites yéménites, dans la nuit de dimanche à lundi 26 mars. La chute de débris a toutefois fait un mort et deux blessés dans la capitale Riyad.

Trois des missiles ont été tirés vers Riyad, un vers la ville de Najrane, un vers Khamis Mecheit et deux vers Jazane, dans le sud de l'Arabie saoudite, a précisé le colonel Turki al-Maliki, porte-parole de la coalition militaire, cité par l’AFP.

Éclairs de lumière, explosions sourdes : des images impressionnantes des attaques ont été filmées par des témoins. Cette vidéo, notamment, montre une batterie de défense anti-aérienne saoudienne de type Patriot intercepter un missile houthi au-dessus de la capitale Riyad.  

Le système de défense anti-aérien saoudien a connu un raté. Ces images montrent un missile Patriot lancé derrière un missile balistique houthi, près de l’aéroport de Riyad. Le missile se détourne subitement de sa cible et s’abat au sol dans un grand fracas d’explosion, sous le regard des riverains médusés (ci-dessous).  

Encore plus effrayant, ce débris de missile lancé par les rebelles yéménites s’est abattu en plein milieu de la route, sur l’avenue du Roi Fahed, l’une des artères les plus fréquentées de la capitale saoudienne.

Peu de temps après l’explosion, des badauds se sont précipités sur les lieux pour filmer.

Quelques heures après ces attaques, des centaines de milliers de partisans des Houthis ont manifesté lundi matin à Sanaa, pour marquer le troisième anniversaire du déclenchement l'intervention de la coalition menée par Riyad au Yémen.

Depuis le 26 mars 2015, cette coalition composée d’une dizaine de pays arabe intervient au Yémen pour remettre au pouvoir le président Abdrabbo Mansour Hadi, renversé par l'insurrection houthis. Le conflit a fait environ 10 000 morts et 53 000 blessés, et provoqué des épidémies de choléra et de diphtérie.