La nouvelle directrice de la CIA, Gina Haspel, est accusée sur les réseaux sociaux d’avoir participé à des séances de torture en Irak. Des internautes brandissent des images terrifiantes comme preuves… sans prendre le temps de vérifier s’il s’agit de la même personne.

Compte tenu de leur caractère choquant, France 24 a flouté toutes les images ci-dessous.
Mais attention, certains liens présents dans cet article renvoient vers les images originales.

Le président américain Donald Trump a nommé le 13 mars dernier Gina Haspel à la tête de la CIA (l'Agence centrale du renseignement, en français). Figure controversée des services secrets, elle était responsable en 2013 de ses opérations clandestines et est notamment accusée d’avoir organisé des séances de torture dans des prisons secrètes en Thaïlande, en 2002.

Cette nomination a été critiquée à travers le monde, des médias rappelant son passé trouble. Pour renforcer ce sentiment d’indignation et appuyer un discours anti-américain, plusieurs internautes ont partagé des photos de séances de torture, affirmant qu’on y verrait Gina Haspel posant, hilare, devant les corps de victimes qu’elle aurait torturé.

"Des images de Gina Haspel, récemment nommée nouvelle directrice de la CIA par Trump refont surface", clame cet internaute sur Facebook.

Même son de cloche dans cette publication d'une page suivie par plus de 50 000 personnes.

"C’est la nouvelle directrice de le CIA, Gina Hassel.(…) Et ça c’est une image d’archives, où on la voit dans la prison d’Abou Ghraïb, à côté d’un Irakien qu’elle venait de torturer à mort. Elle torturait des civils dans les prison, et maintenant, on vient nous parler de démocratie, de droits de l’Homme, et on nous dit que Trump est un homme de paix", affirme un internaute se présentant comme docteur sur Twitter.

Même idée reprise cette fois par un internaute turc très influent et certifié par Twitter, suivi par plus de 600 000 personnes.

Comment démontrer que la femme sur ces images n’est pas Gina Haspel

Grâce à une recherche d’image inversée, on retrouve très rapidement des articles de médias américains, comme NBC News ou le New Yorker, racontant la véritable histoire de ces images terrifiantes. Relayées sur les réseaux sociaux anglophones, francophones, arabophones et turcophones, ces images montrent en fait Sabrina Harman, une réserviste de l’armée américaine ayant torturé des prisonniers irakiens entre 2003 et 2004, dans la depuis tristement célèbre prison d’Abou Ghraïb. La mise au jour de ces tortures avait fait scandale et entraîné de nombreuses sanctions au sein de l’armée américaine.

En insérant le lien de l'image dans Google images et en cliquant sur "recherche par image", les premiers résultats indiquent la véritable origine de cette photo, ici en français.

La photo originale, disponible sur Wikipédia.

Le site turc de vérification Teyit, premier à notre connaissance à avoir repéré cette intox, précise que les différentes photos utilisées pour ternir la réputation de la nouvelle directrice de la CIA montrent la même jeune femme, notamment reconnaissable à son tatouage sur l’avant-bras.

© Teyit.org
Preuve qu'il s'agit bien de la même personne sur les images circulant sur les réseaux sociaux : le tatouage de Sabrina Harman. Par ailleurs, Gina Haspel avait 47 ans en 2003 - un âge incohérent avec cette photo - alors que Sabrina Harman en avait 25, détaille Teyit.

Sabrina Harman a été condamnée à six mois de prison par la justice américaine pour les actes de torture perpétrés en Irak, pendant et après l’invasion de l’armée américaine. De nombreuses photos des séances de torture dans la prison d’Abou Ghraïb ont depuis été publiées. On y voit des scènes d’humiliation terrifiantes, ou plusieurs soldats posent sourire aux lèvres et pouce en l’air devant leur(s) victime(s).

Mais si Gina Haspel est effectivement soupçonnée d’avoir participé à la torture, elle ne figure pas sur ses photos et n’est pas accusée d’avoir sévi en Irak, mais plutôt en Thaïlande.