Depuis lundi soir, une vidéo montrant un homme se faire tabasser par une dizaine de policiers circule massivement sur des groupes suivant l’actualité du Togo sur l’application de messagerie instantanée Whatsapp. Elle est présentée comme un ayant été filmée au Togo lors de récentes manifestations de l’opposition, dans lesquelles des manifestants portent généralement des t-shirts rouges, comme l’homme que l’on voit au sol. Nous avons mené l’enquête.

La rédaction des Observateurs de France 24 a reçu 54 fois le même message sur Whatsapp, entre lundi soir et mercredi matin : la vidéo d’un homme au t-shirt rouge roué de coups par une horde de policiers en tenue anti-émeute, avec casques, matraques et boucliers. Tous les messages étaient accompagnés d’une légende, souvent copiée-collée : "C’était à Kara, samedi 13/01/2018, Regardez".


Type de message reçu sur le WhatsApp de la rédaction des Observateurs.

La même vidéo visible sur Facebook, avec le même message.

Le 13 janvier, des marches du parti au pouvoir (UNIR) mais aussi de l’opposition ont eu lieu à Kara, comme dans le reste du pays. Dans cette ville, réputée favorable au président Gnassingbé, des militants ont été dispersés quand certains se sont mis à réclamer la libération de Kpatcha Gnassingbé. L’ancien ministre est accusé d'avoir fomenté un coup d'État en avril 2009 contre son demi-frère, le président Faure Gnassingbé et est incarcéré depuis cette date pour atteinte à la sûreté de l'État.

Cette vidéo serait donc, selon ceux qui la partagent, une scène de bastonnade de l’un de ces manifestants. Par ailleurs, ce dernier porterait un t-shirt rouge, couleur utilisée par les partisans du PNP, l'un des partis d’opposition.

Comment vérifier si cette vidéo vient du Togo ?

Les outils traditionnels d’analyse d’images permettent de vérifier une vidéo déjà disponible sur Internet. Comment faire lorsque celle-ci vient d’un autre réseau social, comme ici WhatsApp ?

À la rédaction des Observateurs, nous avons pour ce cas-ci utilisé InVid, un pluggin de vérification disponible uniquement sur les navigateurs Chrome.

Cliquez sur l'image pour télécharger le pluggin (uniquement sur Chrome)


On télécharge une vidéo dans l’onglet "keyframe ", qui va générer automatiquement plusieurs captures d’écran correspondant à plusieurs moments de la vidéo. Ce sont ces captures d’écran qui vont permettre de faire des recherches d’images pour vérifier si la vidéo existe déjà quelque part sur Internet.

Dans l'outil "keyframe" de Invid, il est possible de télécharger une vidéo, et d'obtenir plusieurs captures d'écran automatique de cette vidéo.

InVid donne accès à plusieurs moteurs de recherche. Google ou Baidu (son équivalent chinois) ne retrouvent pas la vidéo. En revanche avec le moteur de recherche russe Yandex, l'une des captures d’écran est associée à plusieurs articles et vidéos et renvoie à des manifestations de novembre 2016 à Bamenda, au Cameroun, lorsque des enseignants et des Camerounais anglophones avaient battu le pavé dans la région.

Exemple de vidéo retrouvée grâce à l'outil, postée en novembre 2016 et intitulée "Bamenda se meurt".

On peut donc affirmer à coup sûr qu’une même vidéo a été publiée il y a plus d’un an, et que le tabassage de cet homme par des forces de l’ordre n’a rien à voir avec la situation du 13 janvier 2018 à Kara, au Togo.

Mais attention, les outils ne sont pas infaillibles…

Pour autant, peut-on affirmer que la vidéo vient bien du Cameroun lors des manifestations anglophones ? La mauvaise qualité de l'image et le faible nombre des vues sur la vidéo nous a laissé penser qu’il ne s’agissait pas de l’image originale.

En regardant de plus près les commentaires de certaines de ces vidéos, on constate que des internautes affirment que la scène ne se passe pas au Cameroun… mais en Côte d’Ivoire, sans plus de précision.

Exemple de post sur Facebook affirmant que la vidéo a été prise à Bamenda. Quelques internautes commentent en expliquant qu'il s'agit d'une vidéo filmée en Côte d'Ivoire. Les noms des internautes ont été floutés par France 24.


Partant de cette hypothèse, une recherche sur YouTube avec les mots-clés "vidéo manifestant tabassé Côte d’Ivoire" permet de faire apparaître la même vidéo. Les images ont été prises lors de la manifestation du 28 octobre 2016, à Abidjan, lors de la marche du Front du refus.

Une vidéo de la même scène, filmée d’un angle légèrement différent, est d’ailleurs visibles sur cette chaine YouTube ivoirienne. À l’époque, la scène avait déjà beaucoup choqué en Côte d’Ivoire.

Que retenir ?

Ces exemples montrent que des outils peuvent permettre de vérifier techniquement qu’une vidéo existe à une date antérieure sur Internet. Mais parfois, cela ne suffit pas à en connaître l’origine.

L’analyse technique doit être doublée d’une enquête sur les faits, afin de retrouver d’autres sources fiables attestant de la véracité de la scène.
 

Si vous souhaitez aller plus loin, vous pouvez consulter nos guides de vérification (cliquez sur les images pour accéder aux articles) :

Comment vérifier les images sur les réseaux sociaux ?


Comment vérifier une vidéo ?

Participez à l’article collaboratif sur les plus grosses intox sur le web en Afrique !

Article écrit en collaboration avec
Alexandre Capron

Alexandre Capron , Journaliste francophone

Togo /  Intox