Un bout du lanceur chinois Longue Marche est retombé sur une zone d'habitations dans la province du Guangxi, vendredi. Les autorités, qui l'avaient prévu, semblent avoir fait peu de cas des habitants. Les images font le tour du Web chinois.

Les habitants de Baise, dans la province du Guangxi (sud-est) ont pu observer, vendredi 12 janvier, un objet bizarre tomber du ciel. Lorsqu'il a heurté le sol, il a explosé. Mais ce n'était pas un OVNI.

Il s'agissait en fait d'un des quatre boosters de la fusée Longue Marche 3B, qui avait décollé quelques minutes plus tôt de la base spatiale de Xichang, à 700 kilomètres de là. L'engin a mis en orbite deux satellites BeiDou-3 pour l'équivalent chinois du GPS.

Mais un bout de lanceur a donc fini sa course au sol, par une explosion qui n'a pas fait de blessés. La chose était visiblement prévue mais certains des quelque 4 millions d'habitants de Baise ont dû avoir bien peur, même si dans la vidéo on entend des gens faire des "oooh" comme s'ils assistaient à un feu d'artifice :



Cette scène surréaliste s'explique par le fait que la Chine ne dispose pas de pas de tir près des côtes ou dans le désert, explique Le Figaro. Si bien que les boosters et les premiers étages des fusées chinoises retombent sur la terre ferme, sans que la zone soit toujours parfaitement délimitée.

Problème : l'engin contenait toujours du carburant, en l'occurrence de l'hydrazine et du peroxyde d'azote, deux produits hautement toxiques qui ont donc été dispersés au moment de l'explosion. Et des curieux ont pu s'en approcher pour prendre des photos et vidéos, sans protections.


La Chine a déjà été montrée du doigt par le passé pour des faits similaires, rappelle RFI. En 2009, le documentaire d'un journaliste chinois racontait comme les habitants de Suining, dans le centre du pays, on régulièrement reçu des morceaux de fusées sur la tête pendant une vingtaine d'années. "On y apprenait notamment que les militaires achetaient le silence des habitants lorsque les dégâts provoqués par ces chutes étaient trop importants", écrit la radio mondiale.


Article initialement publié sur Mashable avec France24.