MEXIQUE

L’armée mexicaine mitraille la camionnette d’un cartel : "Ces images sont rares"

Capture d'écran de la vidéo ci-dessous, tournée le 22 août à Río Bravo, dans l’État de Tamaulipas, dans le nord-est du Mexique.
Capture d'écran de la vidéo ci-dessous, tournée le 22 août à Río Bravo, dans l’État de Tamaulipas, dans le nord-est du Mexique.

Publicité

Des vidéos impressionnantes montrant des militaires tirer en direction d'une camionnette appartenant à un cartel de la drogue ont été tournées la semaine dernière dans l’État de Tamaulipas, dans le nord-est du Mexique. Ces images restent relativement rares selon nos Observateurs, bien que la violence soit récurrente dans cette zone.

Dans la vidéo ci-dessous – enregistrée visiblement depuis l’intérieur d’un magasin – on entend immédiatement des tirs. Puis on voit deux camionnettes arriver en trombe, s’arrêter au milieu de la rue, et plusieurs militaires en descendre. Ils se mettent alors à tirer sans interruption en direction d’un véhicule se trouvant un peu plus loin.

Vidéo publiée sur la page Facebook REYNOSA CODIGO ROJO, le 23 août.

Cette seconde vidéo a été tournée dans la même zone, de plus loin. On entend également de nombreux tirs.

Vidéo publiée sur le compte Twitter @HI_REYNOSA, le 22 août.

Ces images ont été tournées le 22 août à Río Bravo, une localité située à une vingtaine de kilomètres de la ville de Reynosa, à quelques kilomètres de la frontière avec les États-Unis.

Selon les médias mexicains, le véhicule visé par les militaires appartenait au cartel du Golfe, qui opère principalement dans cet État. Les affrontements entre militaires, policiers et membres de cette organisation criminelle se seraient déroulés dans différents points de la localité et auraient duré trois heures environ. Selon les autorités, il n’y aurait eu aucun mort, malgré l’intensité des tirs.

La rédaction des Observateurs de France 24 a échangé avec les administrateurs des comptes Facebook REYNOSA CODIGO ROJO et Twitter @HI_REYNOSA, les premiers à avoir partagé les images de la fusillade. Tous deux ont indiqué avoir reçu ces vidéos d’habitants de Río Bravo et souligné que ces derniers envoyaient généralement leurs images de façon anonyme.

"Lorsqu’il y a une fusillade, il y a souvent des gens tués ou blessés en raison des balles perdues"

Leonardo R. (pseudonyme), l’administrateur du compte @HI_REYNOSA, explique :

Quand les gens envoient des images, ils ont toujours peur de témoigner. Mais cette fois-ci, l’un d’eux – qui affirme avoir pris la première vidéo – m’a dit qu’il ne savait pas comment il avait fait pour s’en sortir vivant. Il m’a aussi confié qu’il envisageait de quitter la zone par crainte d’éventuelles représailles. C’est compréhensible car de nombreux membres d’organisations criminelles circulent ou habitent ici.

La personne qui a filmé cette vidéo est vraiment très courageuse, puisque la fusillade s’est déroulée juste devant elle : c’était très dangereux. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est assez rare de voir de telles images.

Lorsqu’il y a une fusillade, il vaut mieux se mettre à l’abri et ne surtout pas sortir, car les militaires peuvent confondre les habitants avec les membres des organisations criminelles. De plus, il y a régulièrement des gens tués ou blessés par des balles perdues, ainsi que des dommages matériels. Les balles traversent les fenêtres et les portes des habitations ou des véhicules, voire les murs de certaines maisons. Ce sont de gros calibres, comme on peut le voir sur cette photo, prise à la suite d’une fusillade à Reynosa, le 25 août.

Les autorités parlent de "dommages collatéraux" quand elles cassent des choses ou tuent des civils innocents. C’est un euphémisme ! Et quand cela arrive, elles ne donnent jamais d’argent aux gens pour organiser les funérailles ou pour réparer ce qui a été endommagé.

Dans la zone où nous vivons, il y a parfois des fusillades et des courses-poursuites durant huit jours d’affilée. Quand ça dure aussi longtemps, il faut quand même continuer à vivre, mais c’est très compliqué. Certains sortent de chez eux, mais d’autres ont beaucoup trop peur pour cela. Donc ils sortent uniquement pour acheter à manger. Les gens se sentent impuissants car ils ne peuvent pas mener une vie normale : se promener, faire du sport, etc.

Ici, il existe une expression, "sortir avec Jésus dans la bouche", qui signifie que l’on prie avant de sortir, car on ne sait jamais si on va pouvoir rentrer sain et sauf chez soi…

"Les gens se sont habitués à voir des morts dans les rues"

Alan R. (pseudonyme), l’administrateur du compte REYNOSA CODIGO ROJO, poursuit :

Outre la peur, les habitants ne font plus du tout confiance aux autorités. Pire encore, ils se sont habitués à voir des morts dans les rues. Il n’y a plus grand-chose qui les surprend ou les alarme, sauf si une grosse fusillade se déroule sous leurs yeux. Par exemple, lorsque je diffuse des informations concernant des coups de feu sur Facebook, certaines personnes me disent : "Ça va, il n’y a eu qu’une dizaine de coups de feu…"

Cela s’explique notamment car il y a toute une génération qui a grandi au milieu de cette violence, depuis plus de dix ans. Beaucoup de gens ont d’ailleurs quitté la zone au cours des dernières années.

Selon ces deux internautes, la situation a empiré à Río Bravo et Reynosa depuis que le "commandant Toro" – le chef du cartel du Golfe qui contrôlait cette zone – a été tué par les militaires en avril, alors que l’État de Tamaulipas était déjà l’un des plus violents du pays. Selon eux, il y avait uniquement des affrontements entre les autorités et les criminels avant sa mort. Désormais, des affrontements ont également lieu entre les membres du cartel du Golfe eux-mêmes, en raison de querelles internes.