En Colombie, parcourir quelques kilomètres prend parfois des heures, en raison du mauvais état des routes ou du relief. L’accès aux soins est donc très compliqué dans certaines zones. Afin de remédier à ce problème, une entreprise colombienne réalise actuellement des tests avec des drones à Cali, la troisième ville du pays. L’objectif : assurer la liaison entre un hôpital de la ville et des centres de santé plus éloignés, en transportant du sang ou encore des médicaments.

En avril 2015, la Red de Salud de Ladera – un réseau d’hôpitaux et de centres de santé publics situés dans la zone de Cali – a demandé au ministère de la Santé une autorisation pour utiliser des drones, afin de faciliter le transport d’échantillons biologiques et de médicaments.

Désireux de travailler sur cette thématique, Daniel Salamanca, ingénieur aéronautique de formation, a créé l’entreprise Nuba Drones en décembre 2015. Avec un autre ingénieur aéronautique, un dessinateur industriel et un responsable de projet, il a alors commencé à fabriquer des drones, à partir de matériaux achetés à l’étranger (fibre de carbone aux États-Unis, matériel électronique en Chine, etc.). Leurs bureaux se trouvent à Bogota.

Dans les bureaux de Nuba Drones à Bogota.

"Utiliser des drones permet de gagner du temps, et donc de sauver des vies"

Daniel Salamanca explique pourquoi les drones peuvent être utiles dans la zone de Cali :

Il y a 7 km entre l’hôpital de Siloé, l’un des principaux de Cali, et certains centres de santé situés dans les montagnes à l’ouest de la ville. Avec un véhicule, il faut deux heures pour réaliser ce trajet. C’est très long, car la route est en mauvais état.

Cela peut être fatal pour les habitants. Par exemple, une dame nous a raconté que son mari était décédé après avoir fait un infarctus, car le test sanguin qu’il avait réalisé était arrivé trop tard à Cali pour être analysé. En gros, si le test avait été analysé plus tôt, ils auraient pu savoir plus rapidement que l’homme avait fait un infarctus, donc il aurait pu être mieux pris en charge. Et il ne serait peut-être pas mort…

Ce n’est pas un problème spécifique à Cali : il existe de nombreuses zones difficiles d’accès dans le pays. [Certaines sont même inaccessibles par voie terrestre, NDLR.] Pour les habitants, l’accès aux soins peut donc être très compliqué. C’est notamment pour cela que des dizaines d’enfants sont morts de faim récemment à La Guajira [un département dans le nord-est du pays, NDLR].

Outre le temps de transport, les trajets coûtent cher. Par exemple, un véhicule réalisant régulièrement le trajet entre Cali et un centre de santé situé à 7 km de là coûte 1 500 euros par mois environ.

Utiliser des drones pour acheminer des échantillons vers les hôpitaux de Cali, pour expédier les résultats vers les zones rurales ou encore pour transporter des médicaments devrait donc permettre de gagner du temps et de l’argent. Et le temps, c’est la vie dans le domaine de la santé.


En octobre 2016, Daniel Salamanca et son équipe ont réalisé une première série de vols dans la ville de Cali avec un prototype de drone.

Un vol réalisé avec un prototype à Cali, en octobre 2016.

Les premiers tests ayant été concluants, la 'Red de Salud de Ladera' leur a ensuite donné de l’argent pour qu’ils développent un drone plus sophistiqué.
 
Avec ce drone, nous avons effectué de nouveaux tests à partir de décembre, en dehors de la ville. Nous voulions notamment savoir s’il était capable de voler au-dessus des montagnes sans perdre le signal GPS. Ce n’était pas acquis d’avance, mais ça a fonctionné. Nous avons commencé à réaliser des vols entre Cali et des zones situées à 5, 6 ou 7 km. Pour l’instant, nous en avons effectué une quarantaine. Un drone met 13 ou 14 minutes pour parcourir 6, 7 m, donc le gain de temps est énorme.

Par ailleurs, nous pensons que cela coûte nettement moins cher que d’utiliser des véhicules. Selon nos estimations, utiliser un drone pour assurer la liaison entre un hôpital et huit centres de santé différents pourrait coûter 2 000 euros par mois.


Test réalisé en décembre à partir de la terrasse de l'hôpital de Siloé, à Cali.

Test réalisé en avril à Cali, avec un drone transportant une petite charge.

Lors de ces différents voyages, nous avons transporté une vingtaine de tubes contenant du sang. Ce n’est qu’une première étape, puisqu’à l’avenir nous aimerions aussi transporter des médicaments, du matériel médical, des matières fécales, de l’urine, des organes…

Par ailleurs, le drone que nous avons conçu ne peut pas transporter plus de 2 kg et sa batterie tient seulement 8 km, donc il y a encore des progrès à réaliser à ce niveau-là.


Tests réalisés en avril à Cali, avec un drone transportant des tubes, à l'intérieur de la boîte bleue.

Daniel Salamanca et son équipe aimeraient pouvoir transporter différents types de choses avec leurs drones. Photo prise dans le laboratoire de l'hôpital Cañaveralejo de Cali.

Désormais, nous allons devoir former le personnel de santé travaillant dans les huit centres de santé concernés par le projet, afin qu’il soit capable de lancer les drones. Pour que cela fonctionne, il faudra aussi qu’il y ait un opérateur dédié à cela au sein de l’hôpital de Siloé, à Cali.


Environ 20 000 personnes vivant autour de Cali pourraient bénéficier du projet de Nuba Drones et de la Red de Salud de Ladera.

C’est la première fois que des drones sont utilisés dans le domaine de la santé en Colombie, bien que des dispositifs semblables existent déjà dans d’autres pays, notamment au Rwanda.


L’entreprise "Nuba Drones" a été découverte par Isabelle Huynh, fondatrice de l’association "La Clavette", lors de son voyage visant à découvrir des projets autour de l’ingénierie de demain. Vous pouvez découvrir d’autres projets sur le site Internet, la page Facebook, le compte Youtube et le compte Instagram de "La Clavette".


Article écrit en collaboration avec
Chloé Lauvergnier

Chloé Lauvergnier , Journaliste francophone