ESPAGNE

Peindre les règles et les vergetures, pour que les femmes dépassent leurs complexes

Toutes les photos ont été publiées sur la page Facebook "Zinteta" de Cinta Tort Cartró.
Toutes les photos ont été publiées sur la page Facebook "Zinteta" de Cinta Tort Cartró.

Publicité

De nombreuses femmes sont complexées lorsqu’elles ont des vergetures, des cicatrices, voire même leurs règles chaque mois. Autant les transformer en œuvres d’art, estime Cinta Tort Cartró, une jeune artiste espagnole, qui veut aider les femmes à accepter leur corps et à s’affranchir des diktats de la beauté.

Cinta Tort Cartró est une artiste de 21 ans qui vient tout juste d’obtenir un diplôme lui permettant d’être institutrice. Elle s’apprête à étudier l’art et le design dans une école à Barcelone.

"Il faut accepter qu’il existe des corps différents"

Elle a commencé à travailler sur les "défauts" du corps féminin il y a quelques mois :

En tant que femme vivant dans un système hétéro-patriarcal, j’ai toujours ressenti une forte pression sur le plan esthétique, notamment au moment de l’adolescence. À cette époque, j’ai eu des troubles du comportement alimentaire – j’ai même été anorexique – car je voulais être très mince, je ne voulais pas avoir de poils, je voulais faire disparaître mes vergetures, je n’aimais pas mes cheveux… En bref, je ne m’aimais pas.

Mais petit à petit, j’ai réalisé qu’il fallait que je m’accepte. Ça a pris un peu de temps et ça n’a pas été simple, donc j’ai voulu montrer le combat que j’ai mené à travers l’art.

"Il y a de la beauté dans tous les corps"

Tout a commencé il y a quelques mois, lorsque je me suis mise à peindre ma propre peau et mes propres vergetures. Puis j’ai fait la même chose sur le corps de six femmes différentes. À chaque fois, ça a été l’occasion d’échanger au sujet de nos histoires respectives et elles ont toujours été contentes du résultat ! J’utilise différents types de peinture, mais surtout de la peinture "tempera", qui ressemble un peu à l’acrylique. Elle peut rester sur la peau quelques heures.

Des vergetures recouvertes de peinture. Photos publiées sur la page Facebook "Zinteta" de Cinta Tort Cartró.

À travers ces peintures, je souhaite dénoncer la pression dont souffrent les femmes, censées avoir un "corps idéal", rentrant dans les "normes". Il faut accepter qu’il existe des corps différents et qu’il y a de la beauté dans tous les corps. Les vergetures sont une réalité, donc il faut les montrer.

En dehors des peintures sur les vergetures, je peins également des culottes, des tampons et des serviettes hygiéniques. Comme les règles sont encore taboues, là encore, l’idée est de les rendre visibles et de dire que c’est quelque chose de tout à fait normal.

Et c’est un peu la même chose avec les poils : j’ai déjà fait plusieurs dessins pour les représenter.

Photo de serviette hygiénique publiée sur la page Facebook "Zinteta" de Cinta Tort Cartró.

"Je tache et ça ne me dégoûte pas", indique la légende de la seconde photo. Photos publiées sur la page Facebook "Zinteta" de Cinta Tort Cartró.

Photos de culottes publiées sur la page Facebook "Zinteta" de Cinta Tort Cartró.

"Mes poils se fichent de ce que tu penses", peut-on lire sur ce dessin. Photo publiée sur la page Facebook "Zinteta" de Cinta Tort Cartró.