AFRIQUE DU SUD

Des strip-teaseuses dans une prison, les photos qui choquent l’Afrique du Sud

Les photos de cette animation dans le centre pénitentiaire "Sun City", à Johannesburg, ont fait scandale sur les réseaux sociaux.
Les photos de cette animation dans le centre pénitentiaire "Sun City", à Johannesburg, ont fait scandale sur les réseaux sociaux.

Publicité

Des photos montrant des strip-teaseuses au milieu de détenus dans un centre de haute sécurité à Johannesburg, en Afrique du Sud, ont fait scandale sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Face à la polémique, l’administration pénitentiaire sud-africaine menace de suspendre au moins 13 gardiens.

Vêtues d’un simple body noir, de longues bottes de cuir aux pieds, trois femmes ont été prises en photo en train d’entourer un homme, comme pour le déshabiller, dans la cour d’un centre pénitentiaire. Les photos ont été largement relayées sur les réseaux sociaux avec le hashtag #PrisonStrippers (#stipteaseusesenprison), qui était en tête des tendances sur Twitter en Afrique du Sud lundi 26 juin 2017. L’association sud-africaine de lutte contre la criminalité SA Crime Fighters a notamment dénoncé un "scandale" et une "gifle en pleine figure des victimes de crimes".

"Plutôt que de nous concentrer sur la protection de nos filles pour éviter les kidnappings, nous nous agitons parce que les gars ont le droit à des lapdances gratuits ?", s'est étonné un internaute.

"Cher Monsieur le président. Vous voyez ? La prison n’est pas aussi horrible que vous le pensiez. Vous y serez heureux ! Cordialement", s’amuse un autre utilisateur du réseau social. [En décembre 2007, le président Jacob Zuma, alors chef du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), avait été inculpé de 783 charges, dont celles "corruption", de "fraude fiscale" et de "racket", NDLR]. 

"La prison en Afrique du Sud, c'est Disneyland", peut-on également lire.

"Une évidente violation de notre politique de sécurité"

Les autorités sud-africaines ont reconnu que la scène était authentique et que les photos avaient été prises lors d’une journée d’animation organisée le 21 juin dans la prison de "Sun City", connue pour abriter les criminels les plus dangereux du pays.

Lors d’une conférence de presse lundi 26 juin, le chef des services pénitentiaires, James Smalberger, a dénoncé un divertissement inapproprié et annoncé que treize responsables de la prison recevront une lettre évoquant une possible suspension. "Ce spectacle à caractère sexuel est une évidente violation de notre politique de sécurité", a-t-il également souligné, avant d'assurer que ces femmes n'avaient pas été payées par le contribuable. Pour le moment, aucune information n'a été donnée sur l'organisateur de cet événement.