FRANCE

À Aulnay-sous-Bois, des ados installent de dangereuses piscines de rue

Des exemples de "street pooling" à Aulnay-sous-Bois et Saint-Ouen.
Des exemples de "street pooling" à Aulnay-sous-Bois et Saint-Ouen.

Publicité

Plus de 300 bouches d'incendie ont été vandalisées le week-end dernier en région parisienne, selon les Pompiers de Paris. À Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, une dizaine ont été forcées par des jeunes. La raison selon notre Observateur : l’absence de piscine dans la ville depuis 2014, mais aussi l’irresponsabilité des adolescents.

Avec le pic de chaleur du week-end de l’Ascension, où les températures ont grimpé jusqu’à 34 degrés, de nombreuses bouches d'incendie ont été forcées à Paris et dans la petite couronne par des groupes de jeunes souhaitant se rafraîchir et s’amuser. Cette pratique s’est en fait généralisée en France depuis l’été 2015, avec des cas recensés essentiellement dans les agglomérations parisienne, lilloise et lyonnaise. 

Voilà les activités des jeunes quand on a pas les moyens de pouvoir les sortir il serait temps que la commune de aulnay sous bois bouge car ils savent le faire que pour les élections et je trouve ça malheureux

Publié par Assoc Étangs Unis sur vendredi 26 mai 2017
Dans le quartier des Étangs, au nord d'aulnay-sous-Bois, un membre de l'association Étangs Unis lance "ils sont là en train de jouer comme il n'y a pas d'activités, plus de piscine à Aulnay [...], rien à faire ... il fait beau" dans une vidéo publiée sur Facebook.

Typique des quartiers populaires new-yorkais comme le Bronx et Harlem, le "street pooling" (piscines de rue) est un jeu d’enfant : une simple clef à molette permet d’ouvrir les vannes, faisant jaillir un vrai geyser de plusieurs mètres de haut.

Mais la pratique est surtout dangereuse, rappellent les pompiers dans un communiqué publié le 28 mai 2017. L’eau peut par exemple entrer en contact avec des câbles et des installations électriques, inonder caves et parkings ou diminuer le débit du réseau, ce qui peut gêner l’extinction des incendies.

Toujours dans le quartier des Étangs à Aulnay-sous-Bois, une piscine s'est formée dans un parc, où les enfants se baignent. "L'eau coule depuis plus de trois heures et qui va payer ?", commente l'internaute l'ayant partagée sur Facebook, le 28 mai 2017. 

Le gaspillage a également un coût. Le Sedif (Syndicat des eaux d’Ile-de-France) a estimé le coût des dégradations du week-end de l’Ascension à 1 million d’euros. Selon un responsable de Véolia interviewé par BFMTV, 15 000 litres par heure sont déversés en moyenne lors des dégradations. En 2015, le gâchis était chiffré à 250 millions de litres, selon le Sedif cité par le Parisien.

"Il n’y a plus de piscine à Aulnay-sous-Bois, la plus proche est à 40 minutes"

Notre Observateur Hadama Traoré est un activiste à Aulnay-sous-Bois qui milite dans le mouvement citoyen "La Révolution est en marche". Cet agent municipal a cofondé un parti, Démocratie représentative, qui présentera une liste aux prochaines élections municipales de 2020. Il affirme que son mouvement politique et associatif est "transpartisan".

Il publie très régulièrement des vidéos sur sa page Facebook, où il dénonce, entre autres, la présence insuffisante des services publics dans les quartiers populaires situés au nord de la municipalité.

LA RÉVOLUTION EST EN MARCHE ESSAI DE COMPRENDRE L'OUVERTURE DES BOUCHES À INCENDIES Le mouvement demande aux municipalités de trouver des solutions via les associations affiliés aux mairie comme par exemple à AULNAY SOUS BOIS l''ACSA car aujourd'hui clairement les petites associations manquons de moyens humains et financiers pour faire face à ce phénomène grandissant à l'échelle régional (voir article du parisien). https://www.facebook.com/leparisien/posts/10155593351854063 Cela en va de l'image de nos villes comme par exemple cette vidéo dans les quartiers du vieux pays de la ville d'Aulnay sous bois. Nous demandons aussi aux parents d'être pédagogues auprès de leurs enfants car tous parents est responsable de ces enfants. Mais Aussi d'interdire à leurs enfants d'approcher de ces bouches à incendies lorsqu'elles sont ouvertes en leurs expliquants tous simplement la sécheresse dans certains pays (voir article du monde) et que l'eau gaspillé sera répercuté sur nos impôts. http://mobile.lemonde.fr/planete/article/2017/02/27/une-famine-tragique-menace-l-afrique-de-l-est_5086026_3244.html DEVENONS EXIGEANTS ENVERS NOUS MÊME POUR ÊTRE CONSIDÉRÉS LA RÉVOLUTION EST EN MARCHE SEUL ON VA VITE ENSEMBLE ON VA PLUS LOIN

Publié par La Révolution est en marche National sur dimanche 28 mai 2017
Une bouche d'incendie ouverte dans le quartier Vieux pays à Aulnay-sous-Bois. Vidéo publiée le 29 mai 2017 sur la page Facebook de La Révolution est en marche

Je pense que les jeunes ne feraient pas ça s’il y avait une piscine près de chez eux. Depuis septembre 2014 et la fermeture du stade nautique, il n’y a plus de piscine à Aulnay-sous-Bois. La plus proche se trouve à Bobigny, à environ 40 minutes de bus.

Le stade nautique de Coursaille a définitivement fermé en septembre 2014 à cause d’une fissure qui mettait en danger le bâtiment principal. Mais, selon notre Observateur, les bassins extérieurs pourraient faire office de solution de secours.

Il y a quelques activités organisées l’été, notamment au parc Robert Ballanger, mais il n’y en a pas assez pour toucher l’ensemble de la population aulnaisienne. La solution la plus simple serait la réouverture des bassins extérieurs qui couterait moins cher que les opérations ponctuelles "Aulnay plage", selon nos estimations.

Il faudrait aussi responsabiliser les parents, qui devraient faire preuve de pédagogie et interdire à leurs enfants d’approcher chez bouches incendie lorsqu’elles sont ouvertes puisque c’est un gaspillage qui se répercute ensuite sur nos impôts.

Cet année ils ont sorti la piscine mdrrr

Publié par Ange David sur samedi 27 mai 2017

Devant un bar à Pantin, des adolescents ont rempli une piscine gonflable avec la bouche d'incendie. Vidéo publiée sur Facebook le 27 mai 2017.

Un membre du cabinet du maire d’Aulnay-sous-Bois a indiqué à la rédaction des Observateurs de France 24 que "le phénomène n’est pas circonscrit à notre ville … d’autres communes subissent cet état de fait tout en disposant d’une piscine". La plupart des villes de Seine-Saint-Denis disposent en effet d’une piscine municipale, comme Pantin, Saint-Ouen ou Bobigny, où des ouvertures de bouches d'incendie ont été filmées. Il n’a pas été possible de nous entretenir directement avec Burno Beschizza, le maire (LR) d’Aulnay-sous-Bois.

Un autre exemple de "street pooling" à Saint-Ouen. Vidéo publiée sur YouTube le 27 mai 2017