INTOX

Retour sur deux mois d’intox en images autour de la présidentielle française

Sur les 65 articles traitées sur la plateforme CrossCheck dont les Observateurs sont partenaires, 26 ont impliqué des vérification en image. Retour sur quelques unes d'entre elles.
Sur les 65 articles traitées sur la plateforme CrossCheck dont les Observateurs sont partenaires, 26 ont impliqué des vérification en image. Retour sur quelques unes d'entre elles.

Publicité

La campagne présidentielle française, qui s’achève dimanche, a été marquée par de très nombreuses manipulations en images, parfois des photos, parfois des vidéos, visant des candidats ou tentant de diffuser de fausses informations, particulièrement sur des thématiques comme l’immigration ou la sécurité. Pourquoi ces images sont-elles des intox ? Et surtout, comment les repérer ?

Depuis deux mois, les Observateurs de France 24 participent à CrossCheck, une plateforme collaborative entre une trentaine de médias français pour traiter les affirmations fausses, trompeuses ou prêtant à confusion, qui circulent en ligne.

Sur Crosscheck, nous avons essentiellement apporté nos compétences en vérification des images. Voici un florilège des sujets les plus marquants que nous avons traités durant la campagne.

La campagne d’Emmanuel Macron financée par l’Arabie saoudite ? Attention à l’intox !

Le 1er mars 2017, un article émerge sur les réseaux sociaux : "Emmanuel Macron, candidat préféré de l’Arabie saoudite à l’élection présidentielle". L’article est relayé par de nombreuses personnalités politiques, notamment par Marion Maréchal-Le Pen, députée FN et nièce de Marine Le Pen. Sauf que cet article est un "fake", imitant à la perfection la pagination des articles du quotidien belge "Le Soir". Pour comprendre pourquoi ce site était un faux et comment repérer la supercherie, cliquez ici ou sur l'image ci-dessous.

Des images venues d’Asie pour tromper le web en France

Parfois, les images qui circulent sur Internet sont sorties de leur contexte. Deux exemples qui ont circulé au mois de février ont montré comment des images prises en Asie ont été manipulées en France pour, à la fois, dénoncer des violences policières et véhiculer un message islamophobe. Pour revoir ces deux exemples, c’est par ici.

Des gendarmes en stage de "culture arabe": histoire d’une photo manipulée depuis 7 ans

Une photo est ressortie sur les réseaux sociaux au milieu du mois de mars : on y voit trois gendarmes français assis en cercle, l’un tenant à la main un livre religieux musulman. Ils sont présentés comme étant des "gendarmes en stage culture arabe"… à l’exact inverse de la réalité des faits et du message originel de la photographe qui l’a prise. La photo est en fait manipulée depuis plusieurs années. Pour comprendre pourquoi, relire l’article ici.

Un migrant qui frappe des infirmières en France ? Non, un ivrogne russe

Avec près de 8 millions de vues, c’est incontestablement la vidéo en rapport avec l’élection présidentielle française la plus virale de ces deux derniers mois. On y voit un homme frapper une infirmière dans les couloirs d’un hôpital. Plusieurs internautes ont affirmé qu’il s’agissait d’un migrant venant chercher la gratuité des soins en France… mais la vidéo n’a en fait rien à voir avec cela. Nous vous expliquons pourquoi ici.

Non, ces musulmans ne célèbrent pas l’attentat des Champs-Élysées, voilà pourquoi…

Parfois, l’intox vient d’influenceurs basés à l’étranger. Un jour après l’attentat qui a visé des policiers sur les Champs-Elysées, un leader d'extrême droite britannique a tenté de montrer qu’à Londres, des musulmans avaient célébré cet attentat, dans lequel un policier a trouvé la mort le 20 avril. Pourtant, il était très simple de vérifier en quelques clics que cette vidéo n’avait rien à voir avec l’évènement, et voici comment.

Emmanuel Macron se lave les mains après avoir rencontré des ouvriers ? L’intox après la visite de l’usine Whirlpool

Au début de la campagne du second tour, la visite d’Emmanuel Macron à l’usine Whirlpool d’Amiens le 26 avril a été marquée par la diffusion d’une vidéo où l'on voit le candidat d’En Marche ! en train de se laver les mains avec une lingette. Selon le compte qui l’a relayée, le candidat se serait senti sale après avoir rencontré des ouvriers du site. Sauf que cette vidéo n’a absolument rien à voir avec cet événement et a été sortie de son contexte. Voilà pourquoi.

"Les Congolais de France vont voter Le Pen !", histoire d’une vidéo manipulée

Lors d’une élection, tous les coups sont permis sur les réseaux sociaux, même lorsque cela implique une diaspora d’origine étrangère. Une vidéo virale partagée fin avril par un groupe nationaliste sur Facebook a prétendu montrer que des membres de la diaspora congolaise en France affirmaient vouloir voter pour Marine Le Pen à la présidentielle. Or, la vidéo est ancienne, et le message des Congolais n’est, en réalité, absolument pas un soutien au Front national… Nous en avons parlé avec ceux qui apparaissent dans cette vidéo, voici ce qu’ils disent.

Compte de Macron aux Bahamas : autopsie d’une intox en plein débat présidentiel

Dans la dernière ligne droite de la campagne, les fausses informations sur Internet ont rejoint la réalité. Lors du débat présidentiel opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen mercredi soir, une rumeur parcourt massivement les réseaux sociaux : le candidat d’En Marche ! aurait un compte offshore caché. Elle fait écho à une insinuation de Marine Le Pen sur le plateau du débat. La rumeur se base sur des documents diffusés par des réseaux bien connus, déjà épinglés pour avoir relayé de fausses informations lors de la présidentielle américaine…. Notre décryptage dans cet article.

Quel bilan statistique des intox durant la campagne ?

Grâce à CrossCheck, de très nombreux autres sujets impliquant des manipulations autour de la présidentielle française ont été traités. Si ce décompte n’a pas vocation à être exhaustif, il permet de se faire une idée des thématiques les plus abordées et de la façon dont ces fausses informations sont diffusées.

Selon le dernier décompte du 5 mai, sur 65 vérifications traitées sur cette plateforme, 26 ont impliqué par exemple des vérifications sur des détournements d’images, par exemple des photomontages ou des images sorties de leur contexte. Parallèlement, 39 vérifications ont porté sur des vérifications de faits, concernant des déclarations, des allégations ou des fausses rumeurs.

Sur les 65 cas d’intox traités sur le site, on retrouve très clairement trois thématiques : la sécurité, qui concerne 13 des intox, le silence ou la manipulation médiatique pour 10 intox, et l'immigration pour 7 cas.  Quant aux vérifications qui concernent des candidats, c'est Emmanuel Macron (et parfois ses proches) qui a été le plus visé avec 10 cas recensés. Les deux autres candidats les plus concernés par des vérifications ont été François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (3 cas chacun). Le graphique ci-dessous donne un aperçu des sujets les plus redondants.

Le graphique se base sur les thématiques traitées dans les 65 articles publiés sur CrossCheck. Il dépasse 65 cas, car certains articles présentent des thématiques croisées. Enfin, ce graphique n'a pas vocation à être exhaustif, et ne donne qu'une indication des sujets repérés par les journalistes participant à la plateforme et qui ont donné lieu à des vérifications.

Des décryptages en direct sur France 24

Retrouvez ci-dessous quelques-uns de ces décryptages traitées durant la campagne présidentielle sur les plateaux de France 24 ou dans l’émission des Observateurs :

Trois intox autour de la campagne présidentielle

CrossCheck, le dispositif anti-intox lors de la campagne présidentielle

Comment éviter les pièges tendus sur Facebook ? Voici quelques conseils

Décryptage de la rumeur du "compte offshore" d’Emmanuel Macron

Si cette thématique de la vérification des images vous intéresse, n’hésitez pas à consulter plus en détailsnotre guide de vérification et aussi nos conseils sur les vérifications des vidéos.