ÉGYPTE

Quand l’armée égyptienne exécute sommairement ses détenus dans le Sinaï

Publicité

Une nouvelle vidéo montrant des exactions de l’armée égyptienne circule depuis le 20 avril sur les réseaux sociaux. Sur ces images, d’une rare brutalité, au moins deux prisonniers, ligotés et yeux bandés, sont exécutés à bout portant par des soldats égyptiens dans le Nord-Sinaï. Les soldats tentent alors de maquiller la scène en faisant croire que leurs victimes étaient armées. La polémique enfle mais les autorités égyptiennes restent silencieuses.

Pendant trois minutes, la vidéo montre clairement un soldat abattre au fusil deux détenus désarmés. On entend également des tirs hors-champ, puis on voit plusieurs autres corps gisant dans les buissons. En tout, les cadavres de huit personnes sont montrés dans cet enregistrement.

La vidéo est insoutenable, la rédaction des Observateurs a choisi de n’en diffuser que des captures d’écran.

ATTENTION, CES IMAGES PEUVENT CHOQUER

Capture d'écran montrant un soldat sur le point d'exécuter un détenu.

Capture d'écran montrant un soldat sur le point d'exécuter un détenu.

Ces images ont été diffusées par la chaîne Mekameleen, un média d’opposition proche de la mouvance des Frères musulmans, basé en Turquie. Nous avons puis joindre le directeur de cette chaîne, Ahmad Channaf. Il explique comment son équipe a enquêté sur ces images :

"Il apparaît que l’armée a ajouté des kalachnikov à côté des corps, comme pour maquiller la scène"

Cette vidéo nous a été envoyée depuis une page Facebook anonyme le 2 avril dernier. Le message ne contenait aucune autre explication. Nous avons essayé de contacter l’expéditeur pour en savoir davantage, mais il ne nous a jamais répondu.

Premier constat : la vidéo a probablement été tournée par un des soldats. Les angles de prise de vue et le mouvement de la caméra montrent bien que la personne se déplaçait librement et ne filmait pas en cachette.

Pour vérifier cette vidéo, nous nous sommes dans un premier temps focalisés sur l’accent. À un moment, un soldat interroge une victime. Nous avons contacté des habitants du Nord-Sinaï et leur avons montré la vidéo. Ils nous ont confirmé qu’il s’agissait bien de l’accent du Sinaï.

Le service de communication de l’armée diffuse régulièrement des comptes rendus de ses opérations dans la région. En remontant le fil Facebook du porte-parole de l’armée, nous sommes tombés sur un compte-rendu d’une soi-disant opération antiterroriste, datant du 6 décembre 2016.

Dans ce post, le porte-parole de l’armée explique que l’armée a éliminé huit terroristes dans une offensive dans le Nord-Sinaï. Le message est accompagné de photos de trois cadavres. Or deux de ces photos correspondent en fait parfaitement à deux des victimes telles qu’on les voit dans la vidéo. Les corps sont disposés de la même façon, et portent les mêmes vêtements. L’environnement est également similaire.

Une seule chose change : sur les photos, on voit des kalachnikov à côté des cadavres. Pas dans la vidéo. Il apparaît que l’armée a ajouté ces armes à côté des corps, comme pour maquiller la scène.

À gauche, la photo publiée par l’armée, au centre, la capture d’écran de la vidéo : sur les deux, la personne est allongée sur le ventre. Elle porte un jean et un blouson bleu foncé. Des parpaings sont en outre éparpillés au-dessus du corps. Le seul détail qui diffère entre les deux images, c’est la kalachnikov à côté du corps sur la photo diffusée par l’armée.

À gauche, la photo publiée par l’armée, au centre, la capture d’écran de la vidéo : sur les deux photos, la personne est allongée près d’un mur en parpaing, exactement dans la même position. Elle porte un tee-shirt et un pantalon de survêtement à bandes. Et là aussi, le seul détail qui change est le fusil, sur la photo diffusée par l’armée.

Nous avons également retrouvé les images des deux victimes (à 0’38’’) dans une vidéo diffusée sur la chaîne YouTube de l’armée égyptienne le 5 novembre 2016. Sur ces images, le service de communication de l’armée raconte que ces personnes sont des terroristes et qu’elles ont été tuées au cours d’un accrochage contre les militaires.

Selon les informations que nous avons pu obtenir auprès des locaux, les deux personnes qu’on voit se faire exécuter dans la vidéo sont des frères, âgés de 16 ans et de 19 ans. Ils avaient été arrêtés par l’armée en juillet 2016 près de la ville de Sheikh Zuweid et, depuis cette date, leurs parents n’avaient plus aucune nouvelles d’eux. Selon nos informations, ces exécutions ont eu lieu entre fin octobre et début novembre 2016 à Al Tuma, un village près de Sheikh Zuweid. Leurs parents veulent aujourd’hui savoir où ils sont enterrés.

Depuis la diffusion de cette vidéo, plusieurs ONG de défense des droits de l’Homme ont réclamé l’ouverture d’une enquête.

Les autorités nient toute bavure

Jusqu’ici, les autorités égyptiennes n’ont pas réagi. Nous avons en outre tenté de joindre le porte-parole de l’armée égyptienne pour obtenir des explications, mais nous n’avons obtenu aucune réponse pour l’instant.

Sur les médias proches du régime toutefois, les théories du complot foisonnent. Un député a notamment affirmé sur le site Tahrirnews que cette vidéo est un "fake" orchestré par la Turquie et le Qatar pour déstabiliser l’Égypte. Un "expert militaire" a lui déclaré sur le site Dotmsr que cette vidéo n’avait d’autre but que de "parasiter" la visite en Égypte du secrétaire d’État américain à la défense James Mattis, qui a eu lieu le 20 avril. Un autre "expert" a dénoncé sur le site 60 minutes une mise scène montée par les Frères musulmans. Ces images auraient été selon lui tournées par des acteurs qui auraient simulé ces exécutions pour dénigrer l’armée.

Depuis l’été 2013, l’armée égyptienne a considérablement renforcé sa présence dans le Nord-Sinaï, où elle mène régulièrement des offensives contre le groupe jihadiste Province du Sinaï, affilié à l’organisation État islamique. Mais depuis le début de cette campagne, des témoignages et images faisant état de tortures de détenus passés entre les mains de l’armée font régulièrement surface sur les réseaux sociaux. En décembre 2015, nous avions notamment documenté un cas de torture commis par des soldats sur un habitant de Sheikh Zuweid à l’intérieur d’une caserne militaire.

LIRE SUR LES OBSERVATEURS :

-> Vidéo : une nouvelle scène de torture accable l’armée égyptienne dans le Sinaï

-> La vidéo de torture dans le Sinaï qui accable l’armée égyptienne