RUSSIE

Transformé en "Shrek" après une agression, un opposant russe réagit avec humour

Le selfie d'Aleksei Navalny avec son équipe juste après l'agression. Photo publiée sur le compte Twitter de l'opposant russe.
Le selfie d'Aleksei Navalny avec son équipe juste après l'agression. Photo publiée sur le compte Twitter de l'opposant russe.

Publicité

Alekseï Navalny a le don de retourner des situations a priori embarrassantes en gimmicks de campagne. Aspergé de "zelyonka" – un antiseptique bon marché qui tâche durablement la peau en vert – lors de l'inauguration d'un QG de campagne en Sibérie le 20 mars, l’opposant a rebondi sur les réseaux sociaux.

L'opposant s'amuse à se comparer avec plusieurs personnages de films sur son compte Twitter. 

"C'est soit Avatar, soit The Mask, soit Shrek", s'est-il amusé sur son blog. "Le Kremlin peut penser que je ne vais plus faire de vidéos, avec mon visage vert, mais je vais continuer parce que je vais avoir encore plus de vues. Ça ne va pas m'arrêter", a-t-il réagi juste après l'agression, dans une vidéo postée sur son blog.

Avec le sourire, Alekseï Navalny explique qu'il va continuer son combat politique, malgré l'agression. 

Son équipe de campagne a pu filmer le moment précis de l'agression dans les rues de la ville sibérienne de Barnaul, où le candidat à la prochaine élection présidentielle de mars 2018 venait visiter un nouveau QG de campagne.

L'équipe de campagne du candidat d'opposition a pu filmer la scène, un homme asperge Navalny du liquide vert alors qu'il est tout proche. 

En solidarité, plusieurs de ses soutiens se sont peints à leur tour le visage en vert et ont posté des selfies sur les réseaux sociaux. L'un d'eux, Nicholas Danilov, a été interpellé par la police lors de la séance photo à Moscou pour "occupation illégale de la place Rouge".

Nicholas Danilov a été interpellé par la police, alors qu'il prenait des photos de lui, le visage et les mains peintes en vert, sur la place Rouge à Moscou. Il précise qu'il n'est pas un activiste politique, mais qu'il a voulu soutenir Navalny. 

La femme et le fils d'Oleg Navalny, le frère d'Alekseï, ont le visage peint en vert pour afficher leur soutien au membre de leur famille.

 

Des membres de l'équipe de campagne de la ville de Kazan ont aussi joué le jeu. 

Un opposant régulièrement agressé

Juriste et militant anti-corruption, Navalny a publié le 2 mars une enquête sur l’ancien président russe Dmitri Medvedev, proche de Vladimir Poutine. Il l'accuse, entre autres, de corruption et de détenir un empire immobilier, bâti grâce à ses relations avec les oligarques. C'est "l’un des hommes les plus riches du pays, et l’un des hauts fonctionnaires les plus corrompus", affirme Navalny dans une vidéo présentant son travail d'enquête, vue plus de 10 millions de fois.

La vidéo présente le travail d'enquête du Fonds de lutte contre la corruption sur Dmitri Medvedev, organisation qu'il a créé en 2012.

Sa campagne, lancée au mois de décembre, est régulièrement perturbée par les autorités qui ferment des salles où doivent se tenir les réunions publiques. Plusieurs militants nationalistes auraient également lancé des œufs sur lui dans des gares du pays.

Il y a un peu plus d'un an, l'activiste anti-corruption avait déjà reçu une tarte à la crème sur le visage dans un contexte politique tendu. La veille, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait affirmé que sa condamnation en 2013 par la justice russe pour détournement de fonds avait été "arbitraire" et possiblement de "nature politique".

À LIRE SUR LES OBSERVATEURS >> La nouvelle arme contre les opposants russes ? La tarte à la crème...

Le candidat Navalny doit réunir au moins 300 000 signatures de soutien pour assurer sa participation au scrutin de 2018. Le 26 mars, une grande journée de mobilisation contre la corruption est prévue, avec des demandes d’autorisation à  manifester déposées dans cinquante villes du pays, rapporte le site du journal Moscow Times.