Accéder au contenu principal
FRANCE

Dans les hôtels miteux de Paris, les migrants mineurs à l’abri de rien

Punaises de lit, souris, branchements approximatifs, douches sales dans les hôtels des mineurs isolés étrangers à Paris.
Punaises de lit, souris, branchements approximatifs, douches sales dans les hôtels des mineurs isolés étrangers à Paris.

Publicité

Punaises de lit, portes sans verrou, saleté omniprésente : dans l’attente de l’examen de leur demande de protection, à Paris, les mineurs isolés étrangers sont parfois logés dans des hôtels sociaux déplorables. Photos à l’appui, notre Observatrice dénonce les manquements des autorités censées assurer la "mise à l’abri" de ces migrants de moins de 18 ans.

En France, les migrants considérés comme mineurs répondent à des procédures spécifiques, et sont à la charge des départements. La ville de Paris – qui a aussi les compétences d’un département – a mis en place un dispositif qui doit évaluer s’ils ont moins de 18 ans, le Dispositif d’évaluation des Mineurs isolés étrangers (Demie), dont la gestion est confiée à la Croix-Rouge. Ceux qui sont acceptés doivent ensuite attendre que leur dossier soit traité par la Direction de l'Action Sociale de l'Enfance et de la Santé (Dases), qui décide ou non de leur prise en charge. Pendant cette période qui dure de cinq jours à quatre semaines, ils sont logés dans des hôtels sociaux, où leur prise en charge est déléguée par la ville à des associations.

Notre Observatrice Agathe Nadimi est enseignante à Paris. Elle milite pour les droits des mineurs isolés étrangers et enquête depuis plusieurs semaines sur leurs conditions de logements. Elle a pris, ou récupéré auprès des jeunes migrants qu’elle suit, les photos ci-dessous.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.