TURQUIE

Il ressemble au suspect n°1 de l’attentat d’Istanbul, la foule le lynche

L'homme attaqué est originaire du Kirghizstan, photo amateur publiée sur Twitter.
L'homme attaqué est originaire du Kirghizstan, photo amateur publiée sur Twitter.

Publicité

Un homme a été lynché par plusieurs personnes dans un quartier périphérique d’Istanbul le 4 janvier. D’origine turkmène, il a été confondu avec le responsable de l’attentat du club Reina commis dans la nuit du 31 décembre. Tireur toujours activement recherché par la police.

Il était 13 h mercredi dans la rue Kemalpasa, à Pendik, quand un homme a été roué de coups par des passants. "C’est lui, c’est lui ", crient des habitants de ce quartier situé à la périphérie de la rive asiatique d’Istanbul. Ils pensent avoir trouvé l’homme le plus recherché du pays, responsable de la fusillade qui a fait 39 morts et une soixantaine de blessés dans une discothèque stambouliote le soir du Nouvel an.

D’abord maintenu au sol par plusieurs hommes, il est ensuite relevé au bout de quelques secondes, il est violemment frappé par deux jeunes. S’ensuit une bagarre généralisée, certains crient "Arrêtez ", d’autres "Où sont les flics ? ". La personne qui filme la scène conclue : "C’est celui qui a fait l’attentat du Reina".

Cette vidéo, reprise par un média local, a été supprimée du compte de la personne qui l’a tournée. Elle était située sur un balcon juste au-dessus de la scène.

Dans une autre vidéo tournée à la fin de la bagarre, on voit des personnes en civils – dont peut-être des policiers – emmener l’homme dans une camionnette blanche, présentée comme appartenant à la police par certains protagonistes de la scène. "Ne le laissez pas s’échapper ! ", lance un homme à l’intention des policiers. "Comment veux-tu qu’il s’échappe ? On l’a arrêté", lui répond l'un des officiers.

Cette vidéo, publiée sur un média local, a été tournée par un autre témoin se trouvant parmi la foule.

Selon les médias locaux, l’homme a d’abord compris qu’il était suivi par un groupe d’hommes et, paniqué, a tenté de s’enfuir en courant. Il été emmené au commissariat et les forces de l’ordre se sont rendues compte qu’il n’était pas le suspect. Ce ressortissant du Turkménistan avait néanmoins un visa expiré et devrait être expulsé du territoire turc. Son dossier est désormais entre les mains de la direction des Affaires étrangères pour les déportations.

Plusieurs hommes originaires d’Asie centrale ont été confondus avec le terroriste depuis l’attentat et la publication d’une vidéo filmée par celui-ci en selfie.

"La police turque dit désormais qu'elle ne peut pas confirmer l'identité du suspect. La télévision d'État TRT a supprimé son tweet contenant la photo de son passeport. La situation n'est pas claire", rapporte le journaliste Marc Lowen sur son compte Twitter. 

La photo du passeport d’un Kirghize – le Kighizistan est un pays proche du Turkménistan - né en 1988 a beaucoup circulé après avoir été présentée comme ayant appartenu à l’auteur de l’attaque. Le nom indiqué sur le passeport a mené plusieurs journalistes vers un compte Facebook. La photo de profil de l’homme en question, où la ressemblance avec l’homme identifié comme le terroriste dans une vidéo le lendemain de l’attaque est troublante, a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux depuis mardi. Mais les autorités ont finalement établi qu’il s’agissait de deux hommes différents. Depuis, la plupart des tweets des médias l’ayant repris ont été supprimés.

"Le Kirghize Lakhe Mashrapov, dont le passeport a été précedemment diffusé, nie être le tueur de l'attaque de Reina. La police turque est en forme !", ironise le journaliste et analyste Ilhan Tanir sur Twitter.