Des vidéos montrant un homme torturer un petit garçon nu, à l’aide d’un appareil électrique, circulent depuis quelques jours sur Internet. Selon plusieurs médias et internautes qui les relaient, il s’agirait d’un "enfant musulman Rohingya" torturé par "un bouddhiste" en Birmanie. Sauf que les faits se sont déroulés au Cambodge et que la victime n’est pas un Rohingya.

Dans les vidéos qui circulent, dont France 24 a choisi de ne diffuser que des captures d’écran floutées, on voit un homme accroupi utiliser un appareil qui semble produire des décharges électriques, qu’il dirige vers le jeune garçon. On entend ce dernier hurler. L’homme tente également de lui mettre quelque chose dans la bouche, il lui tire les cheveux, tout en le secouant par la tête, et lui met un bandeau sur les yeux.

Capture d'écran de l'une des vidéos circulant sur Internet. Image floutée par France 24.

Capture d'écran d'une vidéo, dans laquelle on voit l'homme pointer son appareil en direction du sexe de l'enfant. Image floutée par France 24.

L'homme a également bandé les yeux de l'enfant, comme on le voit sur cette capture d'écran d'une vidéo diffusée sur Facebook.

Ces images ont été très relayées depuis mardi, notamment par plusieurs médias arabophones, qui affirment que le jeune garçon est Rohingya.

"Un enfant Rohingya torturé avec un Taser", titre Jordan Zad. À l'instar de ce site Internet jordanien, plusieurs médias
assurent que le garçon est un Rohingya, torturé à l’aide d’un "Taser". Photo floutée par France 24.

"Regardez comment ce bébé a été torturé. Les ONG de défense des droits des enfants n’interviennent que lorsque l’enfant n’est pas musulman", écrit cet internaute. De nombreuses personnes ont exprimé leur indignation à la vue de ces images sur les réseaux sociaux.

Les Rohingyas sont musulmans et vivent pour la plupart en Birmanie, dans l’État d’Arakan. Ce groupe ethnique est minoritaire dans ce pays majoritairement bouddhiste, où ses membres sont régulièrement persécutés.

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Corps carbonisés, villages incendiés : les musulmans Rohingyas à nouveau ciblés

Le site Internet saoudien "No rumors", spécialisé dans la chasse aux fausses informations, a toutefois rapidement relevé l’intox, en faisant le parallèle entre ces vidéos et l’article du quotidien cambodgien "The Cambodia Daily ", intitulé "La torture d’un enfant mène à trois arrestations", qui a relayé les mêmes images cette semaine.


Selon ce quotidien, la diffusion de ces vidéos sur Internet a poussé la police cambodgienne à ouvrir une enquête ayant permis l’arrestation de trois personnes dans la province de Kompong Cham, mardi. Il s’agit d’un Hollandais, propriétaire d’une plantation dans la province de Mondol Kiri, et de deux Cambodgiens travaillant pour lui. Un quatrième suspect, un Vietnamien, soupçonné d’être l’homme que l’on voit dans la vidéo, est toujours recherché.

La police a affirmé que les faits s’étaient déroulés dans une plantation de la province de Mondol Kiri et que la victime était un Cambodgien dont la mère travaille pour le Hollandais. Elle a également précisé que le jeune garçon avait probablement été violé.

L’affaire a depuis été relayée à la télévision vietnamienne notamment.

Des informations erronées sur les Rohingyas circulent régulièrement sur les réseaux sociaux, afin de dénoncer les persécutions dont ils sont victimes. En juin dernier, une autre vidéo montrant un enfant se faire torturer, également présenté comme un Rohingya, avait ainsi été diffusée. La scène s’était pourtant déroulée en Chine.

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Non, cet enfant torturé n’est pas un musulman rohingya birman



Article écrit en collaboration avec
Chloé Lauvergnier

Chloé Lauvergnier , Journaliste francophone