Accéder au contenu principal
IRAK

À Mossoul, l’armée irakienne promet la "clémence" aux combattants de l’EI

Tract incitant les membres de l'Organisation État islamique à se rendre et à dénoncer d'autres jihadistes.
Tract incitant les membres de l'Organisation État islamique à se rendre et à dénoncer d'autres jihadistes.
3 mn

Publicité

Ces derniers jours, l’armée irakienne a largué des milliers de tracts sur Mossoul et ses environs, incitant les personnes qui ont rejoint l’organisation État islamique à dénoncer d’autres membres du groupe terroriste pour bénéficier de mesures de  "clémence et de pardon".

Le message s’adresse aux Irakiens qui se sont "compromis avec Daech" et ont donc collaboré avec l’organisation terroriste.

Celui d’entre vous qui souhaite la clémence et le pardon, doit capturer un combattant de Daech – arabe ou étranger – et le livrer aux forces de sécurité […] Votre gouvernement est le plus clément envers vous et l’Irak doit rester votre priorité", peut-on lire sur le document signé par le commandement des forces combinées.

Contacté par France 24, Riydah Jalal, un général qui supervise l’action des troupes au sol près de Mossoul, explique :

Nous avons largué ces tracts également pour encourager ceux qui le souhaitent à se livrer aux autorités. Nous serons évidemment cléments avec ceux qui se livreront spontanément à l’armée, avoueront leurs crimes et demanderont pardon. Leur initiative sera prise en considération par le juge.

Verront-ils leurs peines allégées ? Pourront-ils échapper à la peine de mort ? Le général Riydah Jalal est resté vague quant à la forme que prendront ces mesures de "clémence", expliquant que ça serait "au juge de décider" du sort des personnes compromises avec l’EI.

Une loi d’amnistie générale a bien été votée par le Parlement irakien fin août 2016. Néanmoins, la loi exclut "tous ceux qui ont du sang sur les mains". Et elle ne devrait a priori concerner que ceux qui ont déjà été jugés et condamnés.

Le gouvernement irakien a lancé lundi 17 octobre une opération d’envergure pour la reprise de la ville de Mossoul, aux mains des combattants de l’EI depuis juin 2014. Outre l’armée irakienne, les peshmerga (combattants kurdes) et les milices chiites du Hachd al-Chaabi participent également à cette opération.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.