DANEMARK

Tollé au Danemark : un spray anti-migrants distribué par un parti d’extrême droite

Le spray anti-migrants distribué par le Parti des Danois, "efficace et légal". Photo : Danskernes Parti.
Le spray anti-migrants distribué par le Parti des Danois, "efficace et légal". Photo : Danskernes Parti.

Publicité

Le Danskernes Parti (Parti des Danois) a distribué une centaine d’aérosols de laque pour les cheveux présentés comme une "arme légale efficace" contre les migrants dans la petite ville de Haderslev, dans le sud-est du pays. Notre Observatrice a été le témoin de cette campagne nauséabonde.

La distribution s’est déroulée, samedi 24 septembre, dans les rues de Haderslev. Selon le Parti des Danois, 137 personnes ont accepté le spray. Malgré l’afflux de critiques, le fondateur du parti d’extrême droite n’y voit aucune "provocation". Il a justifié au contraire l’emploi de cette arme "légale" pour repousser les migrants : il s’agit d’une laque pour cheveux, et non d’un spray au poivre, interdit au Danemark.

"Au début, j’ai cru à une blague…"

Notre Observatrice Charlotte Bech est une étudiante de 22 ans, elle a assisté à la distribution des aérosols.

J’étais en train de faire du shopping dans la principale rue commerçante de Haderslev. Ce n’est pas une grande ville, mais c’est la plus importante de la région, le Danemark-du-Sud [22 000 habitants, NDLR].

Il y avait quatre militants du parti pour distribuer les sprays. Au début, je n’ai pas bien compris de quoi il s’agissait. J’ai jeté un bref coup d’œil sur leurs affiches et je me suis dit que ça devait être une sorte de blague pour que les gens s’arrêtent. L’un des militants m’a tendu un spray. Je lui ai demandé de quoi il s’agissait et il m’a répondu très sérieusement que c’était un spray anti-migrants. J’étais choquée et j’ai ressenti un profond sentiment d’injustice. Je connais plusieurs réfugiés et certains sont devenus des amis. Je ne peux pas accepter qu’on les considère de la sorte. De leur côté, les militants avaient l’air de trouver ça normal. Dans la rue, d’autres personnes étaient choquées et ont trouvé cette démarche agressive. D’autres ont pris le spray sans avoir l’air surpris.

Sur Twitter, certains internautes ont tourné en dérision cette campagne.

"La ville n’a pas été choisie au hasard"

Je pense que cette ville n’a pas été choisie au hasard : il y a un camp de migrants ici [installé dès 2014, il accueille près de 140 demandeurs d’asile selon la Croix-Rouge danoise, NDLR]. Cela a toujours été vu d’un mauvais œil par une partie de la population qui a l’impression que ce camp crée de l’insécurité. Le phénomène s’est aggravé depuis le début de l’année 2016 avec plusieurs scandales qui ont éclaté dans la ville. Plusieurs femmes danoises se sont faites agresser et ont dénoncé des migrants.

Il y a eu un énorme emballement médiatique autour de ces événements. [Après ces événements, en janvier, plusieurs clubs et boîtes de nuit ont décidé de refuser systématiquement l’entrée aux hommes ne parlant ni danois, ni anglais, ni allemand, NDLR]. Cette campagne de sprays anti-migrants fait passer les demandeurs d'asiles et les étrangers comme des personnes plus susceptibles d'être des agresseurs.

"Ce parti n’en est pas à sa première campagne choc"

Des sprays "de la compassion" contre le spray anti-migrant.

La question des migrants dans la ville est clivante. Mais il faut noter que sur les réseaux sociaux de nombreux Danois se sont mobilisés pour dénoncer ce spray ! Il y a deux jeunes qui ont fait une vidéo où ils se promènent dans la rue avec un "spray de la compassion envers les migrants" qu’ils distribuent aux passants.

Ce parti n’en est pas à sa première campagne choc. Par exemple, ils avaient lancé une campagne d’affichage sur les bus où il était écrit dessus : "Votre enfant mérite un Danemark danois". Puis, sur leur page Facebook, durant l’Euro, ils avaient fait une publication pour se moquer de l’équipe de France, la comparant à une équipe "africaine".

Publication du parti en juillet 2016 comparant l'équipe de France de football à une équipe "africaine".

Mercredi 28 septembre, l’agence de l’ONU chargée des réfugiés a condamné cette distribution tout en précisant qu’il s’agissait d’un petit groupe "qui représente seulement une toute petite partie du peuple danois".

Cette campagne est une nouvelle illustration de la poussée xénophobe dans le pays. Aux élections législatives de juin 2015, un autre parti anti-immigration, le Parti populaire danois, était arrivé deuxième avec 21 % de voix.

Le Parti Danois, qui dénonce "l’immigration non occidentale" et souhaite que soit retirée la nationalité danoise à ceux qui en sont issus, reste de son côté très minoritaire. En 2013, il avait participé aux élections municipales, mais n’a gagné aucune mairie. Sur son site officiel, le parti explique devoir recueillir 20 130 signatures pour être présent lors des prochaines élections législatives.

Selon son leader, Daniel Carlsen à la suite de la distribution de spray, le parti a gagné près de 700 signatures. L’équipe des Observateurs de France 24 n’a pas pu vérifier ce chiffre. Contacté à ce sujet, Daniel Carlsen n’a pas répondu à nos sollicitations, nous publierons sa réponse si elle nous parvient.