Arabie Soudite

Mais pourquoi ces Saoudiens imitent-ils des bébés buvant leur biberon ?

Les participants du concours de biberon d'Arar en pleine action
Les participants du concours de biberon d'Arar en pleine action

Publicité

Des hommes allongés sur le dos, effectuant de petits moulinets les jambes en l’air censés imiter les bébés, tout en tétant un biberon sur fond de musique pop pour enfants : la scène semble à des années lumières de l’image virile que les Saoudiens cherchent jalousement à préserver. Pourtant, c’est bien dans le nord du royaume wahhabite qu’un "concours de biberon" a eu lieu le 18 août dernier, déclenchant la fureur de la Toile saoudienne.

"Plus vite, plus vite", hurle l’animateur du concours dans son micro, alors qu’au sol des hommes, les quatre fers en l’air, se dépêchent d’ingurgiter leur biberon de lait le plus rapidement possible.

La compétition, organisée dans le cadre du festival d’été d’Arar, petite bourgade située dans le nord de l’Arabie saoudite près de la frontière irakienne, n’a pas été du goût de tout le monde. L’extrait de la vidéo amateur, partagé sur Twitter et Facebook, a été largement accompagné de messages condamnant la compétition. Elle est accusée de ternir l’image et l’honneur des hommes du nord du pays.

"Voilà de quelle manière cette assemblée immorale représente l’homme du Nord, sur le dos en train de téter ! C’est de toute manière illégal selon la Charia."

"Ce concours est malheureusement honteux. Si cette information sur Arar se répand, on va avoir une réputation ridicule."

"Cette compétition ne reflète ni la mentalité, ni le comportement des habitants du Nord de l’Arabie Saoudite"

Notre observateur, Tarek Qamqoum, est instituteur à Arar. Il s’est rendu au festival et fait partie des habitants mécontents :

Le festival d’été d’Arar est organisé tous les ans, bien qu’il n’ait pas eu lieu depuis le décès du prince héritier Nayef ben Abdelaziz Al Saoud en 2012 et à cause des difficultés économiques rencontrées par la ville ces dernières années. D’habitude le festival propose des activités accessibles à un public de tout âge, car il s’adresse avant tout aux familles. On y met en avant le folklore saoudien, nos traditions et la vie dans notre région.

Les participants n’étaient pas plus de dix, ils faisaient partie du public du festival. Cette compétition au biberon est vraiment une honte. On voit des hommes adultes, barbus, corpulents, en train de se comporter comme des bébés de moins d’un an. À quoi cela rime-t-il ? Et le pire c’est qu’ils ont accepté de se donner en spectacle pour gagner une simple récompense, c’est vraiment regrettable ! Je ne sais pas ce qu’ils ont gagné précisément, mais c’est quelque chose de très modeste, sans réelle valeur. Cela véhicule l’idée que tout Arar est capable de se ridiculiser pour gagner un cadeau. Mais ce n’est pas vrai, cette compétition ne reflète ni la mentalité, ni le comportement des habitants du nord de l’Arabie saoudite.

Le partage de l’extrait vidéo a déclenché une vive colère chez les internautes saoudiens et les habitants de notre ville. Ils demandent des explications et la punition de toutes les personnes qui ont un lien avec ce concours ridicule, qu’il s’agisse de l’administration du festival, du présentateur ou des participants. Jusqu’à présent, le gouvernement saoudien n’a pas réagi.

Le journal saoudien Sabiq affirme pour sa part que les autorités régionales ont donné leur aval pour le concours :

Le directeur du Tourisme et de l’Archéologie de la région frontalière du Nord, le Docteur Jahez Chamari, a déclaré qu’il s’était mis d’accord avec l’organisateur du festival pour qu’il y ait des animations humoristiques, et qu’une autorisation avait été donnée à l’animateur du concours. Il a souligné que l’activité avait été très applaudie par beaucoup de visiteurs et qu’il ne s’agissait que d’une compétition humoristique.

Un autre de nos Observateurs saoudiens critique l’organisation de telles activités : "La très grande majorité des Saoudiens ne veulent pas rester dans le pays pendant l’été, le gouvernement dépense donc énormément d’argent pour inciter la population à ne pas partir d'Arabie saoudite." Mais comment des hommes d’âge mûr ont-ils pu accepter de participer à une activité qui les exposerait assurément aux critiques de leurs concitoyens ? "La vie en Arabie saoudite est en train de changer très rapidement, affirme notre Observateur. Les habitants veulent se divertir et échapper au carcan religieux."