Des milliers de Chinois ont manifesté ces derniers jours à Lianyungang, dans la province du Jiangsu (est), afin de protester contre le projet de construction d’un site de traitement-recyclage des déchets nucléaires dans la zone, qui implique une entreprise publique chinoise et le groupe français Areva. Largement passées sous silence par la presse chinoise, ces manifestations ont néanmoins débouché sur la suspension de la participation de la municipalité au projet.

Ce projet est porté par l’entreprise d’État China National Nuclear Corporation (CNNC), qui a fait appel à Areva pour le mener à bien. Des négociations commerciales sont toujours en cours, mais les travaux de construction de l’usine pourraient démarrer en 2020 si un accord définitif était trouvé entre les deux parties. Les autorités chinoises n’ont toutefois pas encore tranché concernant l’emplacement exact du futur site.

Si l’usine était construite, environ 800 tonnes de déchets nucléaires seraient traitées sur place tous les ans, provenant de centrales nucléaires chinoises, selon le groupe Areva, joint par France 24. Il s’agirait de la première usine chinoise réalisant ce type de travail. Elle serait alors comparable à celle de la Hague, dans le nord-ouest de la France, où le combustible nucléaire usé – provenant de différents pays – est traité depuis une cinquantaine d’années.

"Je pense que les activités de ce site pourraient être très nocives pour l’environnement"

Mais le projet chinois est loin de faire l’unanimité, comme l’explique Cheng (pseudonyme), un habitant de Nanjing, une ville située à plus de 300 km au sud de Lianyungang. Il a participé à une manifestation contre le projet d’usine lundi.

Il y a eu des manifestations samedi, dimanche, lundi et mardi. À chaque fois, elles avaient lieu dans la soirée, dans le centre-ville, notamment devant le siège du gouvernement local. Le lundi, j’ai vu des manifestants de tous les âges, criant "Protégeons notre terre" ou encore "Non aux déchets nucléaires", ainsi que de nombreux policiers armés.

Je suis venu à Lianyungang pour le travail, mais j’ai tenu à participer à une manifestation car je pense que les activités de ce site pourraient être très nocives pour l’environnement et affecter l’ensemble de la province – et pas uniquement Lianyungang. À Nanjing, on respire le même air et on consomme la même eau, alors ça m’inquiète…


Vidéo tournée le lundi 8 août, à Lianyungang. Crédit : Storyful.


Vidéo tournée le lundi 8 août, à Lianyungang, publiée sur Twitter par @zxwhite92.


Bien que notre Observateur ne les ait pas vus, de nombreux clashs opposant manifestants et forces de l’ordre ont éclaté dimanche 7 août. Largement passées sous silence dans les médias chinois, les images de ces clashs ont néanmoins été relayées sur les réseaux sociaux. En outre, une douzaine de personnes ont été arrêtées par la police lundi.


Vidéo tournée à Lianyungang et publiée le dimanche 7 août sur
YouTube.


Vidéo tournée à Lianyungang et publiée le dimanche 7 août sur YouTube.

 

"C’est la première fois qu’il y a une manifestation d’une telle envergure contre le nucléaire en Chine"

Liu (pseudonyme) est l’un de nos Observateurs en Chine.

Les autorités aimeraient augmenter la part du nucléaire dans le mix énergétique du pays, afin de réduire notre dépendance au charbon. [Selon l’ambassade de France à Pékin, le charbon est la première source d’énergie primaire (71 % de la consommation en 2014), suivi par le pétrole (18 %), le gaz naturel (5 %), l’hydraulique (3 %) et le nucléaire (0,3 %), NDLR.]

Elles souhaitent donc construire davantage de centrales nucléaires, car elles pensent que c’est une technologie sûre et que c’est bien pour l’économie et l’emploi. [Actuellement, en Chine, 34 centrales sont opérationnelles, 20 autres sont en construction et d’autres sont prévues, selon l’Association nucléaire mondiale, qui fait la promotion de cette industrie, NDLR.]

Sur le principe, je pense que beaucoup de gens sont d’accord, sauf qu’ils ont peur des accidents nucléaires et ils n’ont jamais envie que les centrales soient construites près de chez eux…

J'ai l'impression que c'est la première fois que l’on assiste à une manifestation d’une telle envergure contre le nucléaire en Chine. Dans le passé, la population s’était plutôt mobilisée contre des projets d’incinérateurs de déchets ou encore d’usines pétrochimiques... [La méfiance de la population vis-à-vis des autorités n’a cessé de s’accroître ces dernières années concernant ce type de projets, notamment à la suite d’accidents majeurs tels que l’explosion d’un complexe industriel à Tianjin, il y a un an, NDLR.] À mon avis, les manifestations contre le nucléaire vont se multiplier à l’avenir.


Mardi soir, la municipalité de Lianyungang a annoncé qu’elle suspendait sa participation concernant le processus de sélection du site où l’usine devrait être implantée.

Joint par France 24, le groupe Areva a indiqué que cette décision ne remettait pas en cause le projet et qu’il n’était de toute façon pas impliqué dans le choix du site. "Les négociations commerciales se poursuivent normalement avec CNNC", a assuré une porte-parole d’Areva.