CHINE – JEUX OLYMPIQUES

Chine : aux JO, le drapeau de la colère

Image diffusée sur Weibo par Cui Yongyuan, un ancien présentateur de la Télévision centrale de Chine (CCTV).
Image diffusée sur Weibo par Cui Yongyuan, un ancien présentateur de la Télévision centrale de Chine (CCTV).

Publicité

Depuis le début des Jeux olympiques, les sportifs chinois ont remporté huit médailles. À huit reprises, le drapeau chinois a donc flotté dans le ciel de Rio de Janeiro. Sauf que plusieurs étoiles figurant sur la bannière étaient mal positionnées. Une erreur impardonnable pour de nombreux Chinois, qui crient au "complot".

Cinq étoiles figurent sur le drapeau chinois. La plus grande représente le parti communiste et se trouve en haut à gauche. Les quatre autres – plus petites – représentent le peuple et sont censées être pointées vers le centre de la plus grande, symbolisant l’unité de la Chine.

Un drapeau chinois normal. Image postée par Cui Yongyuan, un ancien présentateur de la Télévision centrale de Chine (CCTV), sur Weibo.

Seul problème : ces quatre petites étoiles ne sont pas positionnées correctement sur les drapeaux ayant été utilisés jusqu’à présent à Rio, lors de la cérémonie d’ouverture et de certaines remises des médailles.

Cette erreur a été signalée par le Consulat général de Chine à Rio ce lundi, provoquant un mini-incident diplomatique. Elle a aussi été repérée par certains utilisateurs de Weibo – un site de microblogging chinois.

Sur Weibo, de nombreux internautes ont crié au scandale et un post de la Télévision centrale de Chine (CCTV) – affirmant que le drapeau était un "symbole du pays" – a généré plus de 18 000 commentaires.

L'un des premiers post de CCTV sur le sujet, sur Weibo.

"Je trouve que ces Jeux olympiques sont contre la Chine et la Russie. C'est juste ignoble, injuste et il y a eu beaucoup trop d'injustices ! Est-ce VRAIMENT un grand événement sportif ?", écrit cet internaute sur Weibo.

Le Consulat général de Chine à Rio a indiqué qu'il s'était plaint auprès du comité d'organisation, ajoutant que celui-ci s’était excusé et avait pris contact avec le fabricant pour corriger l'erreur. Selon le Consulat, il ne s’agirait pas d’une entreprise chinoise, bien que des informations contraires aient circulé dans un premier temps, selon le quotidien South China Morning Post.

Une porte-parole du Comité d'organisation a néanmoins assuré que tous les drapeaux utilisés à Rio avaient été approuvés au préalable par les comités olympiques nationaux.