JO-2016

En images : "insalubrité" et rafistolage, les couacs du village olympique de Rio

Travaux non finis, saleté, équipements en mauvais état... De nombreuses images faisant étant de divers problèmes au village olympique de Rio de Janeiro ont circulé depuis deux semaines.
Travaux non finis, saleté, équipements en mauvais état... De nombreuses images faisant étant de divers problèmes au village olympique de Rio de Janeiro ont circulé depuis deux semaines.

Publicité

Gravats dans les chambres, cuvettes de WC mal fixées, absence d’eau chaude... Depuis l’arrivée des premières délégations au village olympique de Rio de Janeiro, fin juillet, les critiques des sportifs n'ont cessé de pleuvoir. Ces désagréments ont néanmoins été réglés en grande partie, à quelques heures de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques.

Les Australiens dénoncent des logements inachevés

Il y a deux semaines, les Australiens ont ouvert le bal des critiques, estimant que le village olympique – censé accueillir plus de 10 000 sportifs – n’était "tout simplement pas sûr et pas prêt". Au cœur de leurs critiques : des problèmes de plomberie, d’électricité ou encore de propreté. 

"#CIOLogementLuxueux. Réparer un rideau de douche, pour pouvoir se doucher sans tout inonder", ironise Andrew Bogut, un joueur de basketball australien évoluant en NBA, sur son compte Twitter.

Compilation de photos ayant commencé à circuler fin juillet, montrant des gravats et des seaux dans les pièces, des traces de pas sur le sol, etc. Vidéo publiée sur Youtube.

Les Australiens ont donc décidé d’attendre quelques jours avant de s’installer dans le village olympique, afin que les travaux soient terminés. Entre temps, le maire de Rio, Eduardo Paes, avait proposé – non sans ironie – de livrer un kangourou à la délégation, afin qu’elle se sente plus à l’aise, avant de présenter ses excuses, tandis que 500 ouvriers avaient été dépêchés sur place afin de rattraper le retard.

D’autres images mettant en lumière des dysfonctionnements similaires au sein du village olympique sont ensuite apparues, venant de plusieurs délégations et de journalistes.

Pour les Biélorusses, le village est "insalubre"

Vitre sale, douche sale… Ces photos ont été publiées par le Comité national olympique biélorusse sur sa page Facebook, qui a fait savoir que les installations étaient "insalubres", pointant du doigt l’absence d’eau chaude – mais aussi parfois d’eau froide – des problèmes de plomberie ou encore des fenêtres sales.

Des seaux remplis de ciment, des escabeaux pleins de peinture blanche ou encore des gravats sur le sol : c’est ce qu’ont découvert les athlètes jamaïcains au village olympique. "C’est juste le bazar", dit l’une d’elle, dans cette vidéo publiée sur la page Facebook Jamaicanmateyangroupie.

"Pas de meubles pour les équipes de hockey sur gazon indiennes dans le village olympique", écrit ce journaliste indien sur son compte Twitter. Les hockeyeurs se sont plaints de manquer de tables, de chaises et de télévisions.

Les Chinois préféraient Pékin-2008 à Rio-2016

"Le scotch est quelque chose que les sportifs ne doivent pas négliger à Rio. Ça peut être très utile au village olympique, à bien des égards." Photos diffusées sur le compte Twitter Team China.

"Faites attention lorsque vous vous lavez dans la salle de bains. Village des médias. Le lavabo peut tomber, de même que le miroir." Photos diffusées sur le compte Twitter
Team China. Sur les réseaux sociaux, nombre d’internautes chinois ont raillé l’organisation brésilienne, estimant qu’elle n’était pas à la hauteur de celle de la Chine, lors des Jeux de Pékin en 2008.

"Première tentative pour prendre une douche dans une chambre du village des médias. Pas d’eau chaude et la pomme de douche est tombée", écrit ce journaliste d’Associated Press sur son
compte Twitter.

Kényans et Iraniens préfèrent en rire

Des athlètes ont néanmoins réagi à ces "couacs" avec humour, à l’image de ces Kényans :

"S’il vous plait, réparez mes toilettes. J’adore l’endroit. #Team K." Selon le quotidien brésilien
Folha, ce message a été écrit par des rugbymen kényans, sur un panneau d’affichage situé dans le village olympique, où tous les sportifs peuvent laisser un mot.

Dans cette vidéo, publiée sur son compte Instagram, Seyed Mohammad Mousavi, la star de l’équipe iranienne de volley-ball, est pris d’un fou rire avec l’un de ses coéquipiers, après avoir testé le climatiseur de leur chambre, un appareil bruyant ayant expulsé… un glaçon. Les volleyeurs iraniens ne risquent visiblement pas de souffrir de la chaleur dans leurs chambres.

En revanche, l’un de ses compatriotes, le journaliste Rasoul Majidi, n’a pas fait preuve d’humour, en comparant les chambres du village olympique à des cellules de prison destinées aux détenus placés à l’isolement, sur son compte Twitter.

Derniers couacs en date : des athlètes danois et chinois victimes de vols au village olympique. Ou encore des pompiers contraints d’utiliser une pince coupante pour entrer dans le stade Maracanã – où la cérémonie d’ouverture aura lieu ce vendredi soir – après que les gardiens ont perdu les clés du cadenas bloquant l’une des entrées.

De leur côté, les basketteurs américains ont préféré séjourner sur un bateau de luxe plutôt que d’aller loger au village olympique, évitant ainsi tout risque de désagrément…