Porter des baskets Nike reviendrait-il à trahir la Chine ? Un homme s’en est violemment pris à un autre, au prétexte qu’il arborait la célèbre virgule sur ses chaussures, la semaine dernière, dans le métro de Dalian, au nord-est de la Chine. Ce n’est pas un simple fait divers : les actes "antiaméricains" se multiplient dans le pays, sur fond de tensions diplomatiques avec les Philippines, soutenues par les États-Unis.

Dans la vidéo filmée par un passager, un homme (en rouge) crie en direction d’un autre homme (en blanc) – qui porte des chaussures Nike – tout en le malmenant (0'25''). "Espèce de traître", lui lance-t-il, l’accusant également d’être un "espion" et un "vendu". Une femme tente de calmer le jeu, en vain. Les deux hommes en viennent ensuite aux mains, faisant tomber un passager. Selon le site Internet Shanghaiist, cet incident se serait produit à Dalian, une ville située dans la province du Liaoning.

Cette altercation se serait produite dans le nord-est de la Chine, le 13 juillet.

Cette vidéo a été diffusée sur Weibo – un site de microblogging chinois – et YouTube le 13 juillet, soit le lendemain d’une décision de la Cour permanente d’arbitrage (CPA) défavorable à la Chine. Cette organisation internationale, dont le siège est à La Haye (Pays-Bas) permet notamment de régler les différends entre États.

Un contentieux territorial opposait en effet la Chine aux Philippines depuis 2013. Pékin considère ainsi que la quasi-totalité des eaux stratégiques de la mer de Chine méridionale – riche en hydrocarbures et en poissons – relève de sa souveraineté, ce que conteste Manille. Et la CPA a estimé que les revendications de la Chine ne reposaient sur "aucun fondement juridique". Une décision inacceptable pour les autorités chinoises, qui considèrent que la CPA est une institution illégitime. Elles avaient d’ailleurs fait savoir avant qu’elles ne tiendraient pas compte d’une décision leur étant défavorable.

Le Quotidien du Peuple le journal du parti communiste chinois – est convaincu que les États-Unis, alliés des Philippines, auraient œuvré pour que le jugement soit défavorable à la Chine. Très rapidement, des nationalistes chinois ont donc appelé à boycotter les produits en provenance des États-Unis, des Philippines et des autres pays soutenant la décision de la CPA, afin d’exprimer leur "patriotisme".


Boycott généralisé des produits américains

Des personnes se sont ainsi rassemblées à l’extérieur de restaurants de fast-food KFC dans plusieurs villes du pays, en guise de protestation.

"Boycottez les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud et les Philippines. Aimez la Chine. Vous mangez de la nourriture de la chaine américaine KFC et vous perdez la face", peut-on lire sur cette banderole. Ce rassemblement s’est tenu à
Laoting, dans la province du Hebei (nord-est), le 17 juillet. Photo postée sur Weibo.

"Un intellectuel en Chine appelle à boycotter les KFC et McDonald’s, puisqu’il s’agit de compagnies américaines… depuis son iPhone 6 Plus", ironise cet internaute.

Sur Weibo, de nombreux internautes chinois ont également posté des vidéos les montrant en train de casser leur iPhones, comme l’ont rapporté nos collègues de Mashable.

>> Lire sur Mashable FR : Des Chinois cassent des iPhones et boycottent KFC en signe de patriotisme

Ces personnes cassent leurs iPhones à l’aide d’outils. Vidéo publiée le 13 juillet.

Cet homme brise son iPhone avec un marteau. Vidéo publiée le 12 juillet.

De même, des photos d’iPhones cassés ont été publiées sur les réseaux sociaux.

Photos postées sur Weibo et reprises par le site Internet Shanghaiist.


"Facile de se faire laver le cerveau"

De nombreux internautes ont néanmoins dénoncé la violence de l’agression de l’homme aux baskets Nike et indiqué que ce n’était pas la meilleure façon d’exprimer son "patriotisme".

"Il est tellement facile de se faire laver le cerveau. C’est le triste résultat du système éducatif. Restez à distance de ce genre de personnes !", écrit cet internaute dans un commentaire posté sous la vidéo Youtube.

"L’homme en rouge est idiot. Nos leaders ont migré aux États-Unis, leurs familles sont aux États-Unis. Pourquoi n’attaque-t-il pas nos leaders ? Les gens ayant un faible QI sont faciles à manipuler", écrit cet autre internaute chinois.

Par ailleurs, l’agence de presse Xinhua et le quotidien China Daily – tous deux contrôlés par l’État – ont récemment appelé les Chinois à ne pas s’en prendre aux biens et aux restaurants, estimant également qu’il s’agissait d’une réaction "irrationnelle". Tout en continuant à critiquer la décision de la CPA.


Article écrit en collaboration avec
Chloé Lauvergnier

Chloé Lauvergnier , Journaliste francophone