Alors qu’il prononçait un discours sur l’innovation le 23 juin dernier, le président Biélorusse Alexandre Loukachenko a commis un lapsus et demandé à ses concitoyens de… se "déshabiller" au travail. Il n’en fallait pas moins par que des Biélorusses prennent la consigne au pied de la lettre.

Devant un ordinateur, sur un chantier ou derrière les fourneaux d’un restaurant, des Biélorusses ont relayé des dizaines de photos d’eux complètement nus sur leur lieu de travail. Cette campagne pleine d’ironie a été lancée ce vendredi 24 juin sur les réseaux sociaux sous le hashtag #déshabilletoiettravaille (#‎раздеватьсяиработать) en réaction à un discours prononcé la veille par le président Biélorusse.

Au cours de cette allocution, prononcée lors d’un forum sur l’innovation et les nouvelles technologies de l’information, Alexandre Loukachenko a déclaré : "Il faut, tout simplement, se déshabiller et travailler". Le président Biélorusse voulait vraisemblablement dire : "Il faut, tout simplement, se développer et travailler", les deux mots ayant des sonorités très proches.
"Nous ne pouvions pas désobéir #‎раздеватьсяиработать En plein travail pour une interview avec Doroshenko Kostyantyn".

#раздеватьсяиработать #беларусь #минск #it #performance #irm #irmcreative

Une photo publiée par IRM Creative (@irm.by) le

"#раздеватьсяиработать #belarus #minsk #it #performance #irm #irmcreative"

" #раздеватьсяиработать et on suit le conseil! #pistaches #colleaguesfriends"

#раздеватьсяиработать Брат в Гомеле живёт, подсказал как от жары спасаться)

Une photo publiée par Артём Клобуцкий (@artem.klobutskiy) le

" #раздеватьсяиработать Mon frère vit à Homel (ville en Biélorussie), voici comment échapper à la chaleur."


Не забывайте, что нужно делать в эти дни #eventstudiobonbon #раздеватьсяиработать

Une photo publiée par Event Studio BonBon (@eventstudiobonbon) le


En appliquant à la lettre une demande absurde de celui qui est considéré comme le dernier dictateur d’Europe, ces Biélorusses ont trouvé une façon originale et détournée de moquer le tempérament despotique de leur président.

Au pouvoir depuis 1994, Alexandre Loukachenko a imposé de nombreuses restrictions à la liberté d’expression et a jeté des dizaines de ses opposants en prison.