CANADA

Des réfugiés syriens viennent en aide aux victimes de l’incendie de Fort McMurray

Saima Jamal, co-fondatrice de l'association de soutien aux réfugiés de Calgary, en train de faire les courses pour les snistrés de Fort McMurray  - photo: Syrian Refugees Support Group
Saima Jamal, co-fondatrice de l'association de soutien aux réfugiés de Calgary, en train de faire les courses pour les snistrés de Fort McMurray - photo: Syrian Refugees Support Group

Publicité

Ils ont fui la Syrie, puis traversé l’Atlantique, avant d'être accueillis au Canada. Là-bas, ils ont trouvé refuge. Cette semaine, un groupe de réfugiés syriens de Calgary, une ville de l’ouest du pays, a décidé de rendre la pareille aux victimes de l’incendie qui ravage la ville Fort McMurray et ses environs, et se sont mobilisés pour leur envoyer tous les produits de première nécessité.

Tout est parti d’un post sur Facebook. "Les Canadiens nous ont tout donné et maintenant nous avons un devoir envers eux", a posté Naser Nader le 4 mai sur le groupe Facebook Syrian Refugees Support Group Calgary, une association qui soutient les réfugiés arrivés à Calgary depuis huit mois. Cette fois, les réfugiés ont décidé de rendre la pareille aux exilés de Fort McMurray, où un terrible incendie fait rage. Surnommé "la bête", il a ravagé plus de 200 000 hectares de forêt depuis le 2 mai, obligeant 80 000 à 100 000 habitants à fuir la ville.

Capture d'écran du poste facebook de Naser Nader. Dans ce poste, il demande aux réfugiés d'aider les Canadiens, qui les ont eux-même épaulé à leur arrivée. 

Naser Nader a fui Damas avec sa femme et ses deux enfants en 2013. En décembre 2015, il a posé ses valises à Calgary, dans la province d’Alberta, à l’ouest du Canada. Après l’incendie impressionnant de Fort McMurray, avec Rita Kallas, une autre réfugiée de l’association, ils ont décidé d’appeler les réfugiés à secourir les familles obligées de quitter leurs maisons en proie aux flammes.

À la suite de ce message, Naser Nader a demandé 5 dollars à chaque famille de l’association. Avec l’argent récolté, les réfugiés ont acheté de l’eau, de la nourriture, des coussins, des couches, des pansements, ou encore du shampooing. Certains ont même donné des vêtements et des meubles. Selon Saima Jamal, co-fondatrice du groupe de soutien des réfugiés de Calgary, contactée par France 24, entre 30 et 50 familles avaient promis de se mobiliser. Ce dimanche, les colis ont été emportés dans des camions par le centre de don de Calgary pour être redistribués aux habitants de Fort McMurray.

Saima Jamal et l'équipe de groupe de soutien des réfugiés de Calgary, le 8 mai. Ils ont apporté des produits de première nécessité, des vêtements et mêmes des meubles pour les habitants de Fort McMurray - Photo issue de la page Facebook Syrian Refugees Support Group

Les paniers livrés par les réfugiés à l'association 99 hampers of Hope. - Photo issue de la page Facebook de Mayssaloun Faour

Ces paniers ont été ensuite envoyés aux habitants de Fort McMurray par camions -

Photo issue de la page Facebook Syrian Refugees Support Group

Naser Nader et Saima Jamal, en route pour les courses, avec l'argent récolté auprès d'une trentaine de famille de réfugiés syriens - Photo envoyée par Naser Nader

"Les réfugiés syriens savent bien ce que c’est de perdre leur maison, leurs souvenirs"

Saima Jamal est la co-fondatrice du groupe de soutien des réfugiés de Calgary. Elle a participé à cette entraide entre les réfugiés et les habitants de Fort McMurray.

Tout est venu de [Naser Nadar et Rita Kallas]. Ils voulaient vraiment faire quelque chose pour les Canadiens, comme les Canadiens avaient fait pour eux. Ils ont dit qu’il était temps pour nous [les réfugiés] de donner en retour tout ce que l'on pouvait pour aider ces gens [les habitants de Fort Mc Murray, NDLR]. J’étais juste stupéfaite, émerveillée, et tellement fière. Ces réfugiés syriens comprennent à peine l’anglais. Ils ont dû s’adapter à une nouvelle culture, de nouveaux vêtements, une autre nourriture... Pourtant, ils se relèvent, prêts à rendre ce qu’il leur a été donné

La proximité entre ces réfugiés de Calgary et Fort McMurray est frappante, malgré les 750 km qui séparent les deux villes. Pour Saima Jamal, cet élan de solidarité est poussé par l’empathie.

Pour moi, ça s’est passé juste à côté de chez nous. Nous voyons souvent des personnes qui s’y rendent ou qui en viennent. Ma famille et mes amis ont travaillé là bas. C’est comme voir nos propres maisons brûler. Maintenant, tout est réduit en poussière. Je me suis sentie aussi dévastée que les habitants de Fort McMurray.

Les réfugiés syriens ont regardé cet évènement de près. Ils savent bien ce que c’est de perdre leur maison, leurs souvenirs. Vous ne pourrez jamais les retrouver. Ils savent ce que c’est que d’être exilé de leur villes, leurs maisons.

Le Canada a réservé un accueil chaleureux aux réfugiés. Le premier ministre Justin Trudeau, élu en novembre , avait promis lors de sa campagne électorale l’accueil de 25 000 réfugiés supplémentaires. L’objectif a été atteint le 28 février dernier.

Article écrit en collaboration avec Suzie Georges (@SuzieGeorges), journaliste à France 24.