États-Unis

Cinq policiers et six coups de poing pour arrêter un mineur à Bâton-Rouge

Capture d'écran de la vidéo amateur montrant l'arrestation musclée d'un adolescent à Bâton-Rouge le 17 avril.
Capture d'écran de la vidéo amateur montrant l'arrestation musclée d'un adolescent à Bâton-Rouge le 17 avril.

Publicité

Une bavure de plus pour la police américaine lors de l’arrestation d’un jeune noir : une vidéo amateur publiée lundi par The Rouge Collection, un journal local de Louisiane, montre des officiers procédant à l’interpellation brutale d’un adolescent noir de seize ans.

La scène se déroule le dimanche 17 avril en marge du "Earth Day" [Jour de la Terre], le festival annuel de Bâton-Rouge, la capitale de la Louisiane. On y voit Ja’Colby Davis, un jeune mineur noir de 16 ans, maintenu au sol par cinq officiers. L’adolescent est violemment frappé à la tête à six reprises par un des policiers et tente de se protéger après le dernier coup.

Les raisons de cette arrestation musclée restent encore floues. Aucune autre vidéo ne montre la scène sous un autre angle, ni ne donne un témoignage de ce qui aurait pu se passer avant.

Selon la mère de l’adolescent, citée par la presse locale, son fils se trouvait avec son frère de 14 ans au "Earth Day" quand une bagarre a éclaté près d’eux. Un policier aurait saisi Davis pour l’éloigner. Ce dernier aurait alors demandé au policier pourquoi il l’avait attrapé pour le repousser, ce qui lui a valu d’être plaqué au sol.

Le porte-parole de la police de Bâton-Rouge n’a pas donné plus de détails sur les raisons de cette arrestation mais a affirmé que le jeune homme a "résisté par la violence ou la force à un officier", selon le journal The Advocate.

D'après un communiqué de la police, une fusillade aurait également éclaté le même jour, mais pour le moment rien ne permet de savoir si les deux événements sont liés. Une enquête a été ouverte.

L’an dernier nous avions consacré l’une de nos émissions aux bavures de la police américaine. Dans la plupart des cas, les policiers s’en sont sortis avec des condamnations très légères, voire pas de condamnation du tout.

Le 28 décembre 2015, les autorités américaines avaient ainsi suscité un scandale en annonçant que le policier blanc qui a abattu dans l’État de l’Ohio Tamir Rice, un garçon noir de 12 ans qui brandissait un pistolet factice, ne serait pas poursuivi par la justice.