COREE DU NORD

Dans une vidéo kitschissime, la Corée du Nord menace de réduire Séoul "en cendres"

Capture d'écran de la vidéo de propagande.
Capture d'écran de la vidéo de propagande.

Publicité

Alors que la Corée du Nord multiplie les provocations à l’égard de la Corée du Sud et des États-Unis, les services de propagande du régime redoublent de créativité. Dans une nouvelle vidéo totalement rocambolesque sur fond de musique martiale, la Corée du Nord imagine un bombardement fictif de Séoul qui réduirait la ville en cendres.

Avec des images de piètre qualité, de grossiers effets spéciaux et un fond sonore imitant les musiques de film, la vidéo de 88 secondes intitulée  "En cas de non-réponse à l’ultimatum" montre des tirs de roquettes sur Séoul. À la fin, un avertissement : "Tout sera réduit en cendres".

Comme toutes les vidéos de propagande nord-coréenne, celle-ci est à la fois inquiétante… et comique. Parmi les scènes totalement improbables, celle à 42 secondes d’un officier qui crie "GOOO!!!" en baissant le bras, visiblement pour donner le feu vert aux bombardements. Il s’en suit des images dignes d’un dessin animé où l’on voit les roquettes s’abattre sur des monuments connus de Séoul pour se transformer en boule de feu et recouvrir la ville d’une épaisse fumée noire.

Dix jours plus tôt, une vidéo dans le même style un brin poussif simulait une attaque nucléaire sur Washington.

Ces clips de propagande s’inscrivent dans une période de tensions entre le régime de Pyongyang et la Corée du Sud depuis le quatrième essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier, suivi le 7 février d’un tir de fusée à longue portée considéré comme un test déguisé de missile balistique.

En guise de représailles, le Conseil de sécurité de l'ONU a répliqué début mars en introduisant de nouvelles sanctions économiques contre la Corée du Nord.

Depuis, le Président Pyongyang ne cesse de menacer de frapper Séoul et Washington qui mènent ensemble des exercices militaires, ce que ce qu’il considère comme une répétition générale d’invasion sur son territoire. Le mois dernier, l’Armée populaire de Corée du Nord a lancé un ultimatum pour exiger de la présidente sud-coréenne, Park Geun-Hye, qu’elle présente ses excuses pour "trahison".

La Corée du Nord n'en est pas à ses premières vidéos hilarantes. Dès 1987, Kim Jong-il, ancien dirigeant du pays et passionné de cinéma avait écrit un ouvrage "De l'art cinématographique", où il expliquait comment le cinéma devait véhiculer l'idéologie.