ÉGYPTE

Égypte : Des maisons de sympathisants des Frères musulmans incendiées

Publicité

En Égypte, les habitants du village d’El Basarta, dans la province de Damiette, au nord du pays, ont connu un réveil agité lundi 21 mars. Tôt dans la matinée, plusieurs maisons de ce village ont été incendiées. Elles appartenaient toutes à des sympathisants des Frères musulmans, mouvement interdit en Égypte depuis l’éviction du Président Mohamed Morsi, fin 2013. Des habitants accusent les autorités…

Cette vidéo montrant une maison en feu a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux. On y voit des habitants s’affairer pour sauver les meubles de l’incendie. La maison appartient à une militante des Frères musulmans, Mariam Turk, arrêtée au cours d’une manifestation contre le régime d’Abdelfattah al-Sissi en mai 2015 à Damiette.

فيديو لحرق قوات الجيش والشرطة بيوت معتقلين في قرية البصارطة بدمياط صباح اليوم#الشرطة_تحرق_بيوت_المعتقلين

Posted by Amr Salama El-Qazaz on Monday, March 21, 2016

Plusieurs habitants ainsi que des ONG des droits de l’homme accusent les forces de sécurité d’avoir délibérément incendié la maison de cette militante, mais aussi celles d’autres activistes des Frères musulmans dans le village. Nous n’avons pas été en mesure de vérifier cette information de source indépendante. Dans les vidéos qui circulent, on ne voit pas les auteurs de l’incendie.

Les autorités ont, quant à elle, nié toute implication dans ces incendies. Par contre, ils ont confirmé que l’armée et la police étaient bien présentes dans le village le matin du 21 mars. "Les forces de sécurité ont mené dans la même matinée une descente dans le village d’El Basarta pour retrouver des individus recherchés pour violences et troubles à l’ordre public", a indiqué le gouverneur de Damiette, Fayçal Dwidar, au journal el ligne Youm7.

Mohammed Adel Balboula, l’époux de Mariam Turk, a publié plusieurs photos sur son compte Facebook montrant les dégâts provoqués par l’incendie à son domicile. Pour lui, pas de doute, ce sont bien les forces de sécurité qui y ont mis le feu.

Je n’étais pas présent à mon domicile lors des faits, car je suis recherché par les autorités pour troubles à l’ordre public, à cause de ma participation à des manifestations interdites. Mais ma mère et ma sœur y étaient.

Appuyées par la police, des unités de l’armée ont fait irruption à mon domicile vers 6 heures et demi du matin. Ils ont sorti ma mère, ma sœur et mes deux enfants. Ils les ont éloignés de la maison. Puis, ils y ont mis le feu. La maison a été partiellement endommagée et tous les meubles sont partis en fumée. Ils ont également incendié deux autres maisons appartenant à des militants qui sont actuellement en prison. Ils ont mis le feu au domicile de Sayyed Abou Abdou alors que son fils de 6 ans se trouvait toujours à l’intérieur. Heureusement, des habitants sont intervenus et l’ont sauvé. Mais son domicile a complètement brûlé. La maison d’un troisième militant, Sammy Afaar, a également été incendiée.

Ces trois dernières années, les manifestations anti-gouvernement se sont multipliées dans ce village où les sympathisants des Frères musulmans sont nombreux. Ces manifestations ont été durement réprimées par les forces de l’ordre. Selon des sources locales, près de 300 sympathisants de cette mouvance religieuse originaires d’El Basarta seraient actuellement en prison.

Les partisans des Frères musulmans ont été la cible d’une répression sanglante après l’éviction du Président Mohamed Morsi par l’armée en juillet 2013. Selon l’ONU, au moins 1 400 personnes issues de cette mouvance ont été tuées par les forces de l’ordre. Des dizaines de milliers d’autres ont été arrêtées, dont des centaines condamnées à mort dans des procès expéditifs. Aujourd’hui, le mouvement est considéré par les autorités comme une organisation terroriste, et ses partisans sont interdits de tout rassemblement.