FRANCE

Balayette et coup de poing au visage, un policier se lâche sur un lycéen parisien

Le lycéen, âgé de 15 ans, à terre après avoir reçu un coup de poing dans le nez.
Le lycéen, âgé de 15 ans, à terre après avoir reçu un coup de poing dans le nez.

Publicité

Des organisations lycéennes avaient appelé à de nouvelles manifestations ce jeudi en France contre la loi El Khomri. Au lycée Henri Bergson, dans le XIXe arrondissement de Paris, la mobilisation a tourné à l’affrontement entre policiers et manifestants. Un lycéen a notamment reçu un coup de poing au visage. Un témoin revient sur cette scène, filmée et largement diffusée sur les réseaux depuis ce matin.

La vidéo est courte. On y voit le lycéen, 15 ans et élève en classe de seconde selon notre témoin, à terre, entouré par trois agents de police, qui le relèvent. A peine sur ses jambes, l’un d’eux lui inflige un violent coup de poing au visage. Sur des photos, que des témoins de la scène ont transmises à France 24, on voit son nez en sang, et des taches de sang sur le trottoir.

Une amie du jeune homme, qui a assisté à la scène, explique :

Nous étions devant le lycée pour protester contre la loi de réforme du code du travail. Il y avait des lycéens de chez nous mais aussi des gens venus de l’extérieur du lycée. Des œufs ont été lancés sur l’établissement mais aussi sur les forces de police, de la part de deux groupes. Peut-être que mon ami a aussi lancé des œufs, je n’ai pas vu. Les forces de police ont avancé vers nous, ça s’est calmé, mais les gens venus d‘autres lycées leur ont lancé des pots de farine à 10 mètres de distance à peine. Les policiers ont commencé à courir avec des matraques et des gaz lacrymogène pour les attraper. Donc on a fui avec tout le monde. On a descendu la rue, mais des flics ont rattrapé mon ami, l’ont mis a terre avec une "balayette", lui ont demandé de se relever, et sans qu’il riposte, un policier lui a mis une grosse patate.

Photos transmises à France 24 par un témoin.

D’autres élèves font état, sur les réseaux sociaux, d’autres interpellations assez musclées. Contacté par France 24, le proviseur du lycée Bergson, Patrick Hautin, explique que la situation a été tendue toute la matinée autour de son établissement : "Le lycée a été bloqué pour la deuxième fois consécutive, après la mobilisation de jeudi dernier", dit-il. Il confirme qu’il y a avait bien parmi les manifestants des lycéens de son établissement mais également des "élèves de l’extérieur". "Certains de nos lycéens ont été violents" dit-il. Les deux groupes "ont lancé des œufs" sur l’établissement, le personnel et sur les forces de l’ordre et deux poubelles ont été mises à feu. "Il y a eu de la provocation de la part d’élèves, mais je ne me prononce pas sur les interpellations qui ont pu suivre".

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN), "la police des polices", a ouvert une enquête suite à la diffusion de la vidéo. Contactée par France 24, le service de communication de la police nationale a déclaré, dès lors, qu’il ne pouvait ajouter d’autres informations.

Des manifestations de lycéens et d'étudiants se sont tenues dans plusieurs villes de France ce mardi. À Paris, entre 4 500  et 5 200 personnes y ont pris part. Une voiture a été brûlée et 15 interpellations ont eu lieu.