CÔTE D'IVOIRE

Attentat de Grand-Bassam : des bourdes en une de journaux ivoiriens

Des images qui n'avaient rien à voir avec les attaques de Grand-Bassam se sont glissées dans des journaux ivoiriens.
Des images qui n'avaient rien à voir avec les attaques de Grand-Bassam se sont glissées dans des journaux ivoiriens.
Publicité

La presse ivoirienne a dédié ses unes à l’attaque terroriste de Grand-Bassam. Mais au milieu des photos de victimes ensanglantées se sont retrouvées certaines images qui n’avaient rien à voir avec les événements.

Quelques heures après l’attaque de la plage de Grand-Bassam, qui a fait au moins 18 morts, de nombreuses photos de personnes ensanglantées sur le sable ont circulé sur les réseaux sociaux. Mais parmi elles, deux photos qui n’avaient rien à voir avec l’événement, se sont retrouvées à la une de journaux ivoiriens.

Une photo de migrants noyés en Libye en 2014 présentés comme les victimes de Grand-Bassam

Sur "Soir Infos", un quotidien d’information générale indépendant, deux images choc montrant les corps des victimes présumées de l’attentat sur la plage de Grand-Bassam.

Celle de droite n’a pourtant rien à voir avec l’attaque de dimanche. La photo date de l’été de 2014 et les corps qui gisent sont ceux des migrants morts noyés à 60 km à l'est de Tripoli, au large de la côte libyenne. La photo a été prise par un photographe de l’agence turque Anadolu et transmises par l'AFP aux médias. Une autre photo de la même scène est visible dans cet article du site Internet du journal français Libération. La photo a été à plusieurs reprises utilisée sur le Web pour illustrer la crise migratoire en Europe.

La photo avait circulé dans la soirée auprès de membres de la diaspora ivoirienne, la présentant comme une photo de l’attaque, avant d’être supprimée. Le journal l’a prise pour authentique. Interpelé par des internautes sur l’erreur, la rédaction de "Soir info" n’a pas tardé à s’excuser sur sa page Facebook.

 

Mardi matin, le journal a publié en Une un erratum pour s'excuser.

 

Un article sur le mode opératoire des jihadistes illustré avec une photo de la crise ivoirienne de 2010-2011

De son côté, le journal "LG infos" a titré en une "Comment les jihadistes ont opéré", avec une photo d'un homme cagoulé tenant une arme et saisissant un homme à moto, illustrant le déploiement de la police à Grand-Bassam.

Cette image date en fait du printemps 2011 et avait été prise lors de la crise post-électorale ivoirienne pour illustrer le conflit entre des partisans de l’ancien président Laurent Ggabgo et ceux de son rival Alassane Ouattara. La photo avait été prise par un journaliste de l’AFP.

Joint par France 24, le rédacteur en chef de LG Infos explique avoir indiqué "photo d'archives" en tout petit à droite de la photo, détail qui a échappé à la plupart des lecteurs. Sur la raison du choix de cette photo, il a indiqué "ne pas voir de problème" à utiliser une photo de la crise ivoirienne pour illustrer l'attaque de Grand-Bassam, et "ne pas savoir exactement comment cette photo s'est retrouvée en une".

Durant les périodes d’attentats ou de crise, les fausses images circulent régulièrement. Cela a été le cas récemment au Burundi, mais également lors des attentats de Paris. N’hésitez pas à consulter notre "Guide de vérification des images"  pour savoir comment les débusquer ou à consulter la vidéo "Info-Intox" de France 24.