ARABIE SAOUDITE

Les combines pour trouver de l’alcool en Arabie Saoudite

Tentative de contrebande déjouée à l'entrée sur le territoire. Capture d'écran d'un twitt de la doaune saoudienne.
Tentative de contrebande déjouée à l'entrée sur le territoire. Capture d'écran d'un twitt de la doaune saoudienne.

Publicité

Sur son compte Twitter, la douane saoudienne se félicite des dernières saisies de bouteilles d’alcool en publiant des photos qui révèlent la créativité des apprentis contrebandiers en Arabie Saoudite. Abdelrahman, notre Observateur saoudien, nous raconte comment lui se débrouille pour se procurer cette denrée rare et illégale en Arabie Saoudite.

Un homme ayant tenté de faire pénétrer sur le territoire saoudien des bouteilles d'alcool.Twitt de la douane saoudienne.

Des bouteilles de whisky scotchées autour des mollets et des cuisses à la manière d’une ceinture d’explosifs, des bouteilles de vin cachés dans un réservoir de carburant, des liqueurs d’alcool et cannettes de bières glissées dans des poches cousues sur une robe portée sous une autre: les astuces se multiplient pour faire entrer de l’alcool en Arabie Saoudite mais sont souvent déjouées. Selon une source locale, ces petits trafics resteraient individuels et se font essentiellement en provenance du Bahreïn. Une autre contrebande existe, à plus grande échelle, et proviendrait elle des Émirats Arabes Unies.

Bouteille de whisky retrouvé dans un réservoir d'essence. Capture d'écran d'un twitt de la douane saoudienne.

"Au Bahreïn, il y a des rues entières où les Saoudiens peuvent s’enivrer dans des bars"

De nombreux Saoudiens partent le week-end au Bahreïn pour boire jusqu’à l’ivresse. Ils peuvent aller à Dubaï aussi, mais c’est une destination plus familial. Au Bahreïn, il y a des rues entières où ils peuvent s’enivrer dans des bars. Ils sont nombreux à venir de Riyad et à parcourir plus de 400 km pour s’adonner à ces plaisirs interdits en Arabie Saoudite. Alcool, rapports sexuels en dehors du mariage… La prostitution est très présente aussi au Bahreïn. Il suffit d’aller dans l’un de ces bars. Il y a des Russes surtout, des Marocaines et des Chinoises aussi. Depuis peu, on trouve même des saoudiennes, mais elles coutent très chères. Il faut compter au moins 500 euros pour un moment passé avec l’une d’elles.

De retour en Arabie Saoudite, il faut passer la frontière. Et mieux vaut ne pas avoir le visage marqué par deux nuits d’excès ou la voiture sera entièrement fouillée. À chaque fois que je suis allé au Bahreïn, j’ai fait attention à la quantité d’alcool ingérée la veille. Et je n’ai jamais eu de fouilles approfondies. On me faisait seulement ouvrir le coffre.

Des canettes de bières déguisées en Pepsi. Capture d'écran d'un twitt de la douane saoudienne.

"Mieux vaut avoir des contacts à la douane pour faire entrer de l’alcool en Arabie Saoudite"

Mieux vaut avoir des contacts à la douane pour faire entrer de l’alcool en Arabie Saoudite. Et même en ayant un ou deux contacts, ça reste risqué. Moi, je n’ai jamais pris le risque. Mais j’ai des copains plus inconscients que moi, qui ont glissé une bouteille d’alcool au fond de leur valise et affirmaient qu’il s’agissait d’une bouteille d’huile d’olive si le scan de leur bagage la trahissait. S’ils se faisaient prendre, ils ne risquaient pas nécessairement la prison. La douane peut faire preuve de tolérance lorsqu’il s’agit d’une bouteille à des fins de consommation personnelle. Mais moi, je préfère passer par d’autres moyens.

"Une bouteille de vin s’achète 200 euros environ"

En Arabie Saoudite, on peut compter sur les agents diplomatiques des ambassades étrangères. Ils bénéficient d’une immunité. Ils importent de l’alcool en grande quantité pour une consommation dite personnelle et revendent ensuite à prix d’or celles qu’ils n’ont pas écoulées. Une bouteille de vin peut coûter plus de 200 euros. Ils s’enrichissent, c’est certain, mais pas autant que les contrebandiers qui importent illégalement de l’alcool en Arabie Saoudite. Eux peuvent se faire des millions. Imaginez qu’un pack de bières qui coûte 10 euros en Europe coûte 200 euros sur place ! Et il faut batailler pour en trouver. Il faut avoir les bons contacts. Moi, quand je vivais en Arabie Saoudite, j’avais le numéro d’un dealer. Je l’appelais avec l’espoir qu’il ait de l’alcool en stock mais il me fallait parfois attendre plusieurs jours.

Une jeune arrêtée à son entrée sur le territoire à l'aéroport. Le twitt de la douane saoudienne précise qu'elle est "asiatique."

"On trouve aussi de l’alcool fabriqué sur place "

On trouve aussi de l’alcool fabriqué sur place malgré l’illégalité de la pratique. Il coute beaucoup moins cher mais est de bien moindre qualité. Je n’en ai jamais acheté directement. Je sais qu’on peut en trouver dans les quartiers immigrés. Ils se vendent sous le manteau. L’arak se vend dans une bouteille en plastique par exemple. Mais attention aux boissons frelatées !

Tout cet alcool, on ne le trouve évidemment pas dans les espaces publics en Arabie Saoudite, mais seulement dans certains espaces privés. Et il faut connaître le jour et le lieu. Quand un ami organisait des soirées chez lui, l’invitation m’était seulement destinée. Pas question d’inviter un autre ami, ou pire une connaissance. Ces soirées-là, qui se tiennent dans des résidences secondaires par exemple, doivent rester confidentielles. Là, on peut trouver beaucoup d’alcool, local ou importé.

Une bouteille moins bien cachée saisie par la douane saoudienne à l'entrée du territoire.

Curieusement, très peu de Saoudiens que je connais et qui comme moi consomment de l’alcool remettent en question les lois qui répriment la vente et la consommation d’alcool en Arabie Saoudite. Ils préfèrent que le pays reste fermé à l’alcool et aller de temps à autres au Bahreïn ou ailleurs au Moyen-Orient et dans le monde pour boire plus que de raison.