NICARAGUA

Trafic de drogue et iguanes de compagnie : plongée dans une prison du Nicaragua

Une page Facebook relaie des photos prises par des détenus dans la prison La Modelo au Nicaragua.
Une page Facebook relaie des photos prises par des détenus dans la prison La Modelo au Nicaragua.

Publicité

Combats de boxe, trafic de drogue, règlements de compte, absence de visite médicale... À travers des photos envoyées par les prisonniers, une page Facebook donne un aperçu rare des conditions de détention déplorables et de la violence qui règne dans la prison La Modelo à Tipitapa, dans l’Ouest du Nicaragua.

Le centre des droits de l’Homme au Nicaragua l’a fait savoir à plusieurs reprises : depuis 2008, le gouvernement nicaraguayen a compliqué l’accès aux prisons aux observateurs des droits de l’Homme.

Une des ailes de la prison. Photo : page Facebook SPN La Modelo Nicaragua. 

Seules quelques affaires, relayées par la presse locale, permettent de savoir ce qui se passe derrière les murs de La Modelo. Les dernières en date concernent des trafics de téléphone, une affaire de viol et la mort d’un détenu ayant reçu des coups.

Combat de boxe organisé par des prisonniers. Photo : page Facebook SPN La Modelo Nicaragua.

La prison avait également fait parler d’elle lorsqu’un citoyen américain, Jason Puracal, y avait été détenu pour trafic de drogue sans véritables preuves. À sa libération, il avait dénoncé la violence et les tensions entre détenus à l’intérieur de l’établissement qui abrite des trafiquants et des assassins, explique-t-il.

Les détenus se prennent en photos avec de la drogue. Photo : page Facebook SPN "La Modelo" Nicaragua.

Sur Facebook, une page nommée SPN La Modelo relaie des photos envoyées par les détenus. L’administratrice de cette page, extérieure à la prison, a préféré rester anonyme.

"Le but : dénoncer les manquements aux droits de l’Homme dans cette prison"

Je suis la sœur d’un des prisonniers de La Modelo. Quand je suis allée rendre visite à mon frère pour la première fois, j’ai été très choquée par les conditions de détention. J’ai alors eu l’idée de faire cette page pour dénoncer les manquements aux droits de l’Homme dans cette prison.

Selon la légende de cette photo sur la page Facebook SPN La Modelo Nicaragua, ce prisonnier se serait coussu les lèvres pour protester contre ces conditions de détention.

Je veux également que les gens à l’extérieur se rendent compte que la prison est un endroit affreux. Si ça peut les faire réfléchir à deux fois avant de commettre un délit ce serait une bonne chose…

Je reçois de nombreuses photos mais aussi des témoignages via What’s app ou Facebook que je publie. Pour les prisonniers, c’est leur unique moyen de dénoncer ce qu’il se passe dans la prison.

"Parfois les gardiens eux-mêmes vendent des téléphones aux détenus"

Normalement, il est interdit d’avoir un téléphone portable et de prendre des photos dans la prison. Mais il y a de nombreux trafics à l’intérieur et l’administration pénitentiaire est extrêmement corrompue.

Un igunane comme animal de compagnie. Photo : page Facebook SPN La Modelo Nicaragua.

Parfois, ce sont les gardiens eux-mêmes qui font entrer des portables pour les vendre aux détenus. C’est comme ça qu’ils ont commencé à envoyer des photos à leur famille et à raconter ce qu’il se passe véritablement. Mais il y a également de nombreux trafics de drogue, comme on peut le voir sur les photos.

La pièce où les prisonniers se lavent selon la page SPN La Modelo Nicaragua.

"Certains prisonniers sont dans un état de santé très inquiétant"

Les conditions de vie sont déplorables. Les cellule sont surchargées et les prisonniers dorment sur des hamacs [Selon le Centre international de recherche sur les prisons, l’ICPS, en 2014 il y avait 10 569 prisonniers à La Modelo. La capacité officielle serait pourtant de 4 742 prisonniers, NDLR].

Les prisonniers dorment dans des hamacs. Photo : page Facebook La Modelo Nicaragua. 

Ils mangent tous les jours la même chose : du riz et des haricots. Il n’y a pas de suivi médical et la prison est totalement insalubre. D’après les témoignages que je reçois, certains prisonniers sont dans un état de santé très inquiétant.

Plusieurs détenus dans la même cellule. Photo : page Facebook SPN La Modelo Nicaragua. 

Certains gardiens sont très violents. Les détenus m’envoient de nombreuses photos de leurs blessures dues aux coups. Le gardien le plus détesté se fait surnommer Gomez Gomez.

Les détenus prennent en photos leurs cicatrices, affirmant qu'ils ont été frappés par les gardes. Photo : page Facebook SPN La Modelo Nicaragua. 

Les prisonniers m’ont raconté qu’il avait battu à mort l'un des détenus, le jeune homme avait passé une semaine à se tordre de douleurs et quand ils l’ont emmené à l’hôpital, c’était déjà trop tard. Ils m’ont envoyé des photos du prisonnier décédé.

Sollicitée par France 24, l’administration pénitentiaire n’a pour l’heure pas répondu à nos demandes interview.