À Rangoun, une association allemande a aidé un groupe de jeunes skateurs birmans à construire le tout premier "skate park" aux normes internationales du pays. Cette installation permet aux jeunes de développer un sport encore méconnu en Birmanie.

Depuis quelques années, une vingtaine de skateurs de Rangoun tentent de développer la pratique du skate en Birmanie, un pays longtemps coupé du monde qui, de 1988 à 2011, a connu une féroce dictature militaire.

L’association allemande Make Life Skate Life a entendu leur appel et a aidé la petite communauté de skateurs à construire un skate park au cœur de Rangoun, la capitale économique du pays. Le parc, appelé Pushing Myanmar, a été inauguré le 5 décembre.

De nombreux volontaires sont venus aider à la construction du skate park. Photo : Pushing Myanmar.

Peru est un jeune Birman qui a commencé le skate en 2007, alors qu’il existait à peine une dizaine de skateurs à Rangoun.

"Il est très difficile de se procurer un skate en Birmanie"

J’ai commencé le skate quand j’ai vu une actrice avec une planche de skate sur un panneau publicitaire. Je me suis alors acheté un petit skate de mauvaise qualité pour commencer. À cette époque, nous étions à peine une dizaine de skateurs à Rangoun et nous devions commander des skates venant de Singapour ! Le skate est une pratique très minoritaire en Birmanie. La principale raison à cela, c’est la difficulté à se procurer du matériel.

"Le nouveau skate park a permis de réhabiliter un parc laissé à l’abandon"

Aujourd’hui j’ai monté une petite entreprise : j’importe du matériel de Chine, de Thaïlande ou de Malaisie et je les revends en Birmanie. J’ai un camion qui me sert de boutique et une page Facebook qui permet de faire des commandes en ligne.

L'intérieur du camion dans lequel Peru vend du matériel de skate. Photo envoyé par notre Observateur. 

Un petit skate park artisanal existait à Rangoun, mais il a été détruit pour construire une école privée. Du coup, nous étions très contents de l’initiative de Make Life Skate Life. Le nouveau skate park a été construit dans un parc laissé l’abandon, donc ce projet a également permis de réhabiliter le parc.

Le nouveau skate park de Rangoun. Photo : Pushing Myanmar

"C’est aussi un moyen pour la jeunesse de s’émanciper"

Le skate n’est pas seulement un sport, c’est aussi un moyen pour la jeunesse de s’émanciper et de se retrouver autour d’une culture "underground". Depuis l’ouverture du skate park, nous sommes plus d’une soixantaine à faire du skate régulièrement à Rangoun. Nous souhaitons maintenant populariser cette pratique.


After only 2 weeks on the board... #PushingMyanmar #MakeLifeSkateLife

Posted by Pushing Myanmar on Sunday, December 20, 2015


L’association Make Life Skate Life n’en est pas à son premier projet de skate park. Depuis 2013, elle a en a construit en Inde, en Bolivie, et même en Jordanie. Les deux premiers projets ont été financés grâce à l’appui de sponsors. Pour la Jordanie et la Birmanie, l’association a lancé des campagnes de financement participatif. Près de 21 000 dollars [soit 19 000 euros] ont été donnés par des internautes du monde entier pour la création du skate park de Rangoun.

Un jeune Birman aide à nettoyer le chantier. Photo : Pushing Myanmar

"Les riverains et les moines se sont d’abord opposés au projet"

Arne Hillerns est le président de l’association Make Life Skate Life.

Le but de mon association est de construire des skate parks dans des pays où cette pratique n’est pas vraiment populaire. L’an dernier, j’ai vu un documentaire, "The Youth of Yangon", sur la toute petite communauté de skateurs de Rangoun en Birmanie, ça m’a donné l’idée de ce nouveau projet.

La ville de Rangoun nous a accordé un terrain mais au début des riverains et des moines se sont opposés au projet, ils ne comprenaient pas du tout ce qu’on faisait là. Nous avons fait plusieurs réunions pour expliquer le projet et petit à petit, nous avons été acceptés.

Tous les riverains pouvaient participer à la construction du skate park. Photo : Pushing Myanmar.

"Lors de l’inauguration, il y avait des punks !"

Nous avons voulu permettre aux locaux de s’impliquer dans le projet. Le but, c’etait vraiment de construire ensemble ce skate park : on leur a expliqué quels matériaux utiliser et comment construire un skate park aux normes internationales. Comme ça, les skateurs pourront par la suite construire d’autres skate parks dans le pays. Notre association a également embauché quelques skateurs locaux pour qu’ils donnent des cours à ceux qui ont envie de se lancer.

L'association Make Life Skate Life a embauché des skateurs locaux pour donner des cours de skate. Photo : Pushing Myanmar.

Lors de l’inauguration, il y avait des groupes de musique punk avec des musiciens en vestes en cuir !

Kultureshock killed it at today's skatepark opening party!

Posted by Pushing Myanmar on Saturday, December 5, 2015


Mais ce qui est étonnant, c’est que tout reste réglementé. Les skateurs birmans ont une association assez stricte : pour faire du skate, il ne faut ni boire ni fumer. C’est pas du tout la vision du skate qu’on peut avoir dans d’autres pays !