FRANCE

La photo de la "terroriste dans le bain" était bidon

Publicité

Plusieurs médias ont relayé ces derniers jours les photos d’une femme, notamment une où elle prend un bain, en affirmant qu’il s’agissait de Hasna Aït Boulahcen, tuée lors de l’assaut à Saint-Denis, mercredi, en lien avec les attentats de Paris. Il s’agit en réalité de photos d’une Marocaine diffusées par erreur par le tabloïd anglais "Daily Mail".

Postée le 19 novembre par le "Daily Mail", cette photo montrant prétendument Hasna Aït Boulahcen en train de prendre un bain moussant a été relayée par plusieurs médias et très partagée sur les réseaux sociaux.

"Ces images extraordinaires montrent la jihadiste qui aimait faire la fête et qui est devenue la première femme-kamikaze d’Europe. Comme l’a révélé son frère, elle ne s’intéressait PAS à la religion et n’avait jamais lu le Coran", écrit le "Daily Mail" dans le commentaire qui accompagne la photo.

Capture d'écran relayée par le DM Reporter sur Twitter.

Cette deuxième photo, un selfie de la même personne, a également été présentée comme montrant Hasna Aït Boulahcen.

En fait, ce sont des photos de Nabila, une jeune femme qui vit à Béni Mellal, au Maroc, et qui est monitrice d’auto-école.

Dans une interview vidéo au site alyaoum24, la jeune femme affirme que la photo du bain a été vendue par une ancienne amie à un journaliste et que celle où on la voit prendre un selfie avec deux autres personnes a été récupérée sur sa page Facebook.

"Les photos sont bien de moi, mais je n’ai aucun rapport avec cette femme. Les photos étaient chez une amie en France. Cette amie était jalouse, il y avait des problèmes entre nous. Les gens la connaissent en France. Elle s’appelle Fouzia. Elle prenait des médicaments. Elle est psychopathe. En fait, elle a vendu ces photos à un journaliste. Et ce journaliste les a donc publiées en disant qu’il s’agissait de Hasna Aït Boulahcen."

Dans cet enregistrement, la jeune Marocaine raconte aussi son angoisse de voir ces photos reprises par les médias partout dans le monde : "Les gens n’arrêtent pas de m’appeler. Je souhaite que les autorités concernées m’aident à trouver une solution. Je suis effrayée, je ne sais plus quoi faire. Je vis dans la peur. Voir sa photo dans un article parlant d’une terroriste, c’est choquant. "

La photo de Nabila en une du "New York Post".

La jeune femme a en outre indiqué dans une autre interview avoir été contactée par la rédaction du "Daily Mail" qui s’est excusée de la méprise. Le tabloïd a retiré les photos de son site, mais n’a pour l’instant publié aucun communiqué d’excuses.

France 24 a tenté de joindre le "Daily Mail" pour obtenir un commentaire sur cette affaire, pour l’instant sans succès.

Le tabloïd anglais est aujourd’hui au centre d’une autre polémique en France. Lundi soir, l’émission "Le Petit Journal" de Canal+ a diffusé une caméra cachée montrant le patron de la Casa Nostra, l'un des restaurants du XIe arrondissement de Paris frappé par les attentats du 13 novembre, vendre des images de vidéosurveillance où l’on voit les jihadistes tirer sur ses clients. La transaction, qui a duré 12 heures, s’est conclue pour un montant de 50 000 euros.

Au lendemain de l’assaut de la police à Saint-Denis, Hasna Aït Boulahcen a été décrite à tort comme une kamikaze. La cousine d'Abdelhamid Abaaoud est en fait décédée par asphyxie après l’explosion du kamikaze – non identifié – dans l’appartement de Saint-Denis. Tout porte à croire que la jeune fille était au courant de l'implication de son cousin dans les attentats du 13 novembre et qu'elle a "favorisé son repli et sa fuite", a indiqué mardi 24 novembre le procureur de Paris, François Molins.