GRÈCE - SUÈDE

"Ne venez pas chez nous" : l’extrême droite suédoise vient intimider les migrants jusqu’en Grèce

Le tract distribué sur l'île de Lesbos en Grèce à des migrants a été récupéré par notre Observateur. Document scanné par Charbel Gabro.
Le tract distribué sur l'île de Lesbos en Grèce à des migrants a été récupéré par notre Observateur. Document scanné par Charbel Gabro.

Publicité

"Pas d’argent, pas de travail, pas de maison", c’est le message des tracts distribués par un groupe d’extrême droite suédois aux migrants sur l’île de Lesbos.

Le document a été retrouvé vendredi 6 novembre par des volontaires de l’association "Gränslöst mänskligt"(Humanité sans limite) sur l’île de Lesbos, où 125 000 migrants sont arrivés pour le seul mois d’octobre. Sur le tract, on peut lire :

"Vous avez dû entendre des choses positives sur notre pays et sur les Suédois. […] Mais tout cela est faux et notre société s’écroule. Notre richesse s’est envolée […] à cause des flux d’immigration massive, nous connaissons une hausse des cas de violence armée et des problèmes de gangs. […] La viande halal, porter le niqab dans l’espace public, tout cela sera interdit dans notre pays."

Au verso du prospectus, des images de lits de fortune à même le sol avec un message : "Bienvenue en Suède !". Le tract est signé des "Sweden Democrats (SD)", un parti d’extrême droite suédois, troisième force politique du pays.

"Inquiétant de voir que ce parti d’extrême droite vient jusqu’en Grèce pour intimider les migrants"

Charbel Gabro est un des membres de l’association suédoise qui a découvert les tracts à Lesbos.

Ce sont des migrants qui nous ont ramenés quatre tracts similaires. Ils les ont trouvés dans leur camp, à l’intérieur de leurs duvets. Ils n’ont pourtant vu personne rentrer dans les dortoirs. La plupart n’ont pas prêté attention à ce document, ils savaient que c’était de la propagande.

Je pense que j’étais plus choqué qu’eux ! Ces personnes ont inscrit : "Le peuple de Suède" comme signature en bas du tract. Au nom de quoi font-ils des généralités sur les Suédois ? Leurs arguments sont un tissu de mensonges, d’ailleurs, et les médias se sont amusés à contredire point par point, chiffres à l’appui, leurs affirmations. C’est inquiétant de voir qu’ils sont prêts à venir jusqu’en Grèce pour diffuser leurs mensonges.

Je suis moi-même un Syrien. J’ai quitté mon pays en 1986, car ma mère, malade, avait besoin de soins que nous avons qu'elle a pu se procurer en Suède. J’y ai parfaitement été accueilli et je me sens maintenant suédois. Aujourd’hui, c’est important pour moi de parler de mon expérience avec ces migrants, des les rassurer. Et surtout de lutter contre cette stratégie de peur.

Granslost manskligt

Charbel Garbo s'est rendu à Lesbos entre mercredi et dimanche dernier pour échanger avec des migrants d'origine syrienne.

Le parti d'extrême droite tergiverse... puis confirme

Après plusieurs jours de tergiversations, le responsable de la communication du SD, Joakim Wallerstein, a expliqué que le parti avait "entre 20 et 30 personnes" réparties entre "17 villes dans six pays" aux frontières de l’Europe, sans pour autant réclamer être à l’origine du tract.

Mercredi, la page Facebook du parti a finalement publié une photo montrant trois membres du SD avec les mêmes tracts… posant devant le Haut commissariat aux réfugiés en Serbie.

Vår kampanj fortsätter runtom i Europa och här ser vi en hälsning från ett soligt Serbien som vi besökte för några dagar sedan.

Posté par Sverigedemokraterna sur mercredi 11 novembre 2015