LIBAN

Nouh Zaaiter, le narcotrafiquant qui embarrasse le Hezbollah

Le trafiquant de drogue Nouh Zaaiter pose avec des combattants du Hezbollah. Photo postée sur Twitter.
Le trafiquant de drogue Nouh Zaaiter pose avec des combattants du Hezbollah. Photo postée sur Twitter.

Publicité

Il est connu comme l’un des plus gros trafiquants de drogue du Liban. Nouh Zaaiter, chapeau de cowboy vissé sur la tête et paire de jeans, a été récemment photographié en compagnie de combattants du Hezbollah. De quoi gêner l’influent parti chiite libanais.

Postées le 13 septembre sur les réseaux sociaux par différents comptes, les quelques images sont présentées comme prises dans la région de Qalamoun dans l’ouest de la Syrie, où des éléments du Hezbollah combattent depuis mai 2015 les groupes rebelles syriens aux côtés de l’armée de Bachar al-Assad.

Visiblement au courant qu’il est photographié, Nouh Zaaiter se met en scène avec des combattants du parti chiite libanais. On le voit notamment discuter avec des militaires, se déplacer sur une batterie aérienne ou encore empoigner une mitrailleuse lourde derrière une barricade…

Photos Twitter.

Issu d’un puissant clan chiite, Nouh Zaaiter fait l’objet de plusieurs dizaines de mandats d’arrêt, notamment pour production et trafic de drogue, kidnappings et trafic d’armes mais bénéficierait d’importants appuis politiques.

De son côté, le Hezbollah n’a pas du tout apprécié cette publicité, d’autant que, par le passé, le parti a déjà été accusé d’être impliqué dans un trafic de stupéfiants aux ramifications mondiales. Le lendemain de la diffusion des photos, le parti chiite démentait tout lien avec le narcotrafiquant sur son site Internet : "Ces photos n’ont pas été prises dans des positions tenues par la résistance islamique ni par les moudjahidines [combattants, NDLR] du Hezbollah. Cela ne nous concerne pas, ni de près ni de loin."

Visiblement déçu par les dénégations du Hezbollah, Nouh Zaaiter a choisi d’insister en publiant une deuxième série de photos, cette fois avec des chefs militaires du parti. Il pose notamment aux côtés du chef du secteur de Baâlbek, Houssein Nasrallah.

Nouh Zairar en compagnie du chef du secteur de Baâlbek, Houssein Nasrallah. Photo Twitter.

Dans une déclaration à la chaîne de télévision Al-Jadeed, le narcotrafiquant s’indigne : "Beaucoup de gens se rendent chez les combattants et diffusent des photos avec eux. Pourquoi ils nient ma présence ici ? Moi, ma famille et mes enfants faisons partie de la résistance. Nous sommes des gens d’honneur. Qu’on ne me traite pas de trafiquant de drogue."

Près du village d’al-Knaissa, son fief dans la plaine de la Bekaa (à la frontière avec la Syrie), Nouh Zaaiter règne pourtant en maître sur plusieurs dizaines d’hectares de plantation de cannabis qu’il n’a pas hésité à montrer aux chaînes de télévision locales. Que ce soit dans son village d’Al-Knaissa ou lors de ses déplacements, il est en permanence accompagné par une dizaine d’hommes armés.

En juin dernier, il a même annoncé la création de sa propre milice pour soutenir les combattants du Hezbollah face aux groupes jihadistes qui sévissent dans la Bekaa, à la frontière de la Syrie.

Nouh Zaaiter est à la tête d’une fortune colossale estimée, selon certains médias, à plusieurs centaines de millions de dollars. Récemment, il a mis au défi les autorités : "Si vous légalisez la marijuana pendant six mois, je paierais toutes les dettes du gouvernement [soit environ 36 milliards de dollars]", a-t-il déclaré.