Accéder au contenu principal
PAS 2 QUARTIER - TOULOUSE

"Le 'deal', c’est Pôle emploi en bas de chez toi"

Illustration. Immeuble à Toulouse. © Karim Manaane pour Pas 2 Quartier
Illustration. Immeuble à Toulouse. © Karim Manaane pour Pas 2 Quartier
Texte par : Wassim Nasr
10 mn

Publicité

Pour Pas 2 Quartier, Karim, vidéaste toulousain est allé à la rencontre de plusieurs dealers en activité dans la banlieue nord de sa ville. Son souhait : comprendre les arcanes d’un secteur trop souvent mal raconté, explique-t-il. Les dealers lui parlent de leur perception du trafic, comme une "entreprise", un tremplin social. Ils évoquent aussi la place de la famille et de la religion. Témoignage.

Plusieurs personnes du secteur ont accepté de répondre à mes questions hors caméra. Ils m’ont raconté les postes bien définis, les salaires, les horaires et même les paniers repas distribués aux petites mains qui tiennent les rues de la cité. L'un d’entre eux, après plusieurs rencontres, a accepté que j’enregistre quelques commentaires sur son "travail" tout en restant anonyme.

La voix a été modifiée mais des sous titres sont disponibles en cliquant en bas à droite de chaque vidéo

"Comment on devient dealer ?  Il suffit de demander !"

Ali (pseudonyme) ne s’est pas étendu sur ses fonctions. Ce que je sais, c’est qu’il a démarré comme "chouf" ["guetter" en arabe, NDLR]. C’est comme ça qu’ils appellent ceux qui guettent et surveillent les déplacements de la police, et préviennent en cas de descente. Mais il a dû être à un moment donné beaucoup plus impliqué parce qu'il gardait de forte sommes d'argent pour le réseau. Les petites mains n'ont pas ce genre de responsabilités, en général. Lui avait la confiance des chefs.

"Le traitement médiatique imprègne les jeunes, autant que 'Scarface'"

Les jeunes citent beaucoup les reportages choc qui passent à la télé et qu'ils regardent tous. Ils en parlent comme d'un film qu'ils ont vu au cinéma. L'angle des reportages est souvent le même : on voit des dealers qui vivent bien et gagnent beaucoup d'argent. Le traitement médiatique imprègne les jeunes autant que le film 'Scarface' avec ses codes : l'ascension sociale et ce qui en découle, à savoir le cash, les belles voitures, les garde-robes, les commerces pignon sur rue, etc. On a l'impression qu'on te livre une notice, un mode d'emploi sur le trafic de drogue. Ces reportages, ça chauffe les esprits comme un bon film ! Les jeunes sont tentés par cette vie-là. Ils veulent s'affirmer, avoir leur chance, montrer qu'ils peuvent assurer, partir de rien et bâtir un empire. Ils veulent être des voyous confirmés comme ceux qu'ils voient dans les reportages, ceux dont on entend parler dans les journaux, dans les médias. À ce niveau, on peut effectivement parler d'effet de mode, qui est aussi généré par les médias.

"Y’en a qui tombent dans le deal par fierté, pour éviter d’être dépendants"

 

 

 

Pour d'autres, ce sont les difficultés sociales qui les ont poussés à se mettre dans le business. C’est comme un passage obligé pour un gars qui habite dans un quartier, le trafic de drogue reste plus accessible qu'une recherche d'emploi classique. Au lieu de travailler dans un fast-food, les jeunes se mettent à dealer. Comme une sorte de "Pôle emploi" en bas de chez eux. Quand tu grandis dans un quartier, à un moment donné, tu y touches, de près ou de loin. Ne serait-ce que pour avoir un peu d'argent de poche et être un minimum financièrement autonome. Y’en a qui tombent dans le deal par fierté. Pour ne pas être dépendants de leurs familles qui sont déjà dans le besoin. 

 

Mais il ne faut pas croire que tous les maillons de la chaîne sont toujours fiers et gavés d'argent. Les petites mains ne font que survivre. Seuls les chefs de réseaux se permettent un train de vie fastueux.

 

"La réalité c'est aussi des trafiquants diplômés"

 

La réalité c'est aussi des trafiquants diplômés. Ils avaient délaissé le "business" mais y sont revenus car ils se sont rendus compte que, sortis de leur quartier, la fracture sociale est telle qu'ils se retrouvent confrontés à un mur, sans travail et sans opportunité.

 

Parmi les plus jeunes, certains arrivent à jouer sur les deux tableaux. Le licite et l'illicite. Ils considèrent le deal comme un tremplin social. Ils fournissent en stupéfiants des collègues de fac qui sont demandeurs. Ils finissent par se faire amis avec une catégorie socio-culturelle qui ne leur était pas accessible avant. D’un côté, ils apprennent les codes et la manière de se hisser dans l'élite. D’un autre, ça leur permet de financer leurs études. Ça, c'est une réalité dont personne ne parle. 

 

En même temps, le deal de drogue crée un lien social entre ceux qui y participent. Ceux qui sont impliqués s'identifient à un quartier, un clan, une famille. Pour eux, il s'agit d'appartenir à une entité. Et ces "entreprises" leur apportent ce que la société ne leur apporte pas : une reconnaissance et une identification sociale. C'est une motivation déterminante pour eux d'exister par n'importe quel moyen.

"Manger halal avec du haram !"

Ce qui ressort de mes rencontres, c’est que le retour à la religion est l'un des facteurs qui contribuent à arrêter le deal. Au début, les fréquentations restent les mêmes mais les habitudes changent. Ils se mettent à fréquenter davantage la mosquée, prient, mais mélangent d’abord le licite et l'illicite, le halal [permis par l’islam] et le haram [interdit par l’islam]. Un paradoxe flagrant : c'est que pour la plupart, ils insisteront pour manger dans des restaurants où il est servi de la viande halal. Ces deux modes de vie s'opposent et se côtoient. Tout ça se fait graduellement jusqu’à ce que les mauvaises fréquentations soient complètement abandonnées. Mais certains finissent par revenir à leur vie d’avant.

 

Pour les plus forts psychologiquement, c'est plus radical. Ils stoppent tout de façon nette. C’est le cas généralement pour ceux qui sont les plus exposés dans le circuit. Ceux qui ont le plus lourd vécu ont plus de détermination.

 

"Ils se constituent un portefeuille de clients et 'travaillent' hors du quartier"

 

 

 

Les guetteurs touchent les plus petits revenus du trafic. Ce sont aussi les plus exposés non seulement face à la police, mais aussi aux règlements de compte et à la guerre de territoires. Ceux qui sortent de prison sont souvent placés sous contrôle judiciaire avec parfois bracelets électronique et mises à l'épreuve. Donc ils font profil bas. Certains ont toutefois monté leurs propres petits trafics loin de leur quartier. Ils se sont constitués un portefeuille de clients et donc n'ont plus besoin d’y rester pour "travailler". 

 

Alors que je questionnais pour ce papier un chef de réseaux, un jeune s'est avancé. Ils se sont fait la bise. Visiblement ils ne s'étaient pas vus depuis longtemps. Il me le présente comme une ancienne recrue qui a travaillé pour lui sur le terrain. Ils ont eu cet échange :

- "Alors tu deviens quoi ?

- On est là. Un peu partout. J'essaie de taffer un peu à mon compte.

- Ha, t'es devenu auto-entrepreneur [rire] ?

- [rire] Oui, on essaie de monter son biz. C'est mieux des fois d'être à son compte.

- C'est vrai, mais ça demande beaucoup de responsabilités. Crois-moi !"

 

 

"La famille peut choisir de fermer les yeux"

Dire que les familles ne sont pas au courant, je dirais que c'est un peu gros. Par contre, sur leur implication, j'ai plus de réserve. Si on prend pour exemple une perquisition qui a lieu dans l'appartement d'une seconde main, disons un "chouf". La mère de famille reste une maman, elle voudra protéger son fils. Cacher un sac qu'elle a trouvé ou une somme d'argent pour lui éviter d'avoir à rendre des comptes. Ce n’est pas pour autant qu'elle est impliquée dans le trafic ! Elle pense qu'elle va le raisonner par la suite. Ce n’est pas de la complicité.

 

Mais de là à croire que le deal se fait sous les yeux des parents et que leur fils prépare les pochons de cocaïne et emballent des barrettes de shit sur la table du salon, c’est de la fiction. Je ne dis pas que ça n'existe pas mais ça reste minoritaire. En revanche, quand une famille voit un des ses enfants qui ne travaille pas rentrer à la maison avec de l'argent, avec des nouveaux habits, des téléphones à 800 euros ou qui achète des gros scooters, de belles voitures, part en vacances ou même pour certains qui achètent un commerce, même si elle se pose des questions, elle peut choisir de fermer les yeux… ça arrive aussi.

 

"On n’évolue pas dans ce milieu"

Interrogé sur le rôle des parents, le journaliste Philippe Pujol, prix Albert Londres pour sa série de reportages "Quartier shit",  rejoint les constatations de Karim sur le rôle généralement passif des parents : "Bien souvent, ils sont tout simplement dépassés. Pour certains, ils constatent que les loyers sont payés, le frigo rempli etc., alors les parents se disent qu’ils vont souffler pendant un temps puis ça va s’arrêter… Sauf que non, ça ne s’arrête pas."

Concernant les revenus des dealers, il affirme que très peu de dealers de cité arrivent à engranger un chiffre d’affaire supérieur à 10 000 euros par mois. Par ailleurs, rares sont ceux qui savent comment blanchir de grandes sommes ou encore à envoyer l’argent à l’étranger, donc l’argent est dépensé très vite en bling-bling", ajoute-t-il.

"C’est un mythe de dire que la drogue fait vivre les cités. Ce ne sont pas les habitants des ces quartiers qui profitent des trafics, mais plutôt les importateurs qui font rentrer la drogue sur le territoire français. Eux ne sont pas des gars de cités mais les héritiers de la "French connection". Quant à l’ascension au sein d’un réseau, pour le journaliste, "cela reste une exception à la règle, on n’évolue pas dans ce milieu, il y a aussi [comme sur le marché du travail] des plafonds de verre. Ce sont des affaires de familles et d’héritiers, un guetteur ne deviendra pas patron. Ça n’arrive que très rarement, au hasard d’une rencontre en prison ou grâce un bon contact. Mais en moyenne un guetteur aura la belle vie pendant trois mois, puis il s’endette ou il se fait arrêter ou tirerdessus… c’est un cercle vicieux".

Article écrit avec la collaboration de Wassim Nasr @SimNasr, journaliste à France 24.

PAS 2 QUARTIER, c'est quoi ? 

Le projet participatif de FRANCE 24 sur les banlieues françaises est expliqué ici.

Twitter : @Pas2QuartierF24

Facebook : Pas2Quartier

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.