Vidéo : l’agression d’un travailleur asiatique soulève l'indignation au Bahreïn

5 mn

Publicité

Dans cette vidéo de neuf secondes publiée par un internaute, on voit un travailleur immigré d’origine asiatique se faire frapper par un Bahreïni. Une scène qui n’est malheureusement pas inhabituelle dans ce pays. Mais celle-ci, pour une fois filmée, a fait réagir.

La vidéo publiée le 1er aout sur Twitter et YouTube aurait pu passer inaperçue. Le contexte de cette vidéo ne peut être établi, ni la date exacte à laquelle elle a été tournée. Un homme avec une casquette rouge y gifle un travailleur d’origine asiatique, tandis que la personne qui filme se moque de la victime.

Outrés, des Bahreïnis ont réagi sur Twitter en créant le hashtag "Travailleur immigré frappé par un Bahreïni "(en arabe), dénonçant fermement l’attitude de leur concitoyen.

L’incident a pris une dimension supplémentaire lorsque le ministre des Affaires étrangères en personne, Khalid ben Ahmed al-Khalifah, a tweeté sur cette vidéo, demandant que les auteurs des sévices soient punis. Une demande apparemment suivie d’effet, puisque le ministère a annoncé dimanche dernier l’arrestation de 4 personnes dans la région de Riffa pour avoir "violenté un Asiatique ", sans donner de précision.

Le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn écrit sur Twitter : ""Cet homme a fait tout ce chemin depuis son pays, s'est éloigné de sa famille pour travailler dur afin de gagner de l'argent" (...) "Et puis, une personne méprisable arrive et le gifle. Que Dieu punisse son agresseur".

"Au Bahreïn, on voit de plus en plus d’initiatives individuelles pour sensibiliser au quotidien des travailleurs immigrés"

Le Bahreïn, comme d’autres pays du Golfe avec en tête l’Arabie saoudite, le Qatar ou le Koweït, est un pays qui accueille beaucoup de main d’œuvre bon marché venue d’Asie du Sud-Est. Selon un rapport de Human Rights Watch, ce pays, de 1,4 million d’habitants, comptait déjà 478 000 travailleurs immigrés en 2011. Des travailleurs bien souvent maltraités, selon le même rapport, et comme le confirme Mohammed Al-Maskati, président du groupe de défense des droits de l’Homme BYSHR :

Ce genre de scène est malheureusement très fréquent au Bahreïn, et nous avons recensé de nombreuses plaintes de travailleurs étrangers victimes d’abus. Les employeurs peuvent se comporter comme cela à cause du système de "kafala" [un système de parrainage employé pour embaucher un travailleur immigré, mais le subordonnant à la volonté de son patron et le privant de ses libertés NDLR]. Cependant, c’est la première fois qu’une vidéo diffusée sur Internet montre les violences faites à un étranger.

Depuis le début de l’année 2015, il y a de plus en plus d’initiatives d’activistes ou d’ONG qui tentent de sensibiliser au quotidien des travailleurs immigrés [en février, un Bahreïni a vécu 24 heures dans la peau d’un travailleur immigré "et diffusé un court métrage sur son expérience].

Le fait que ce type de vidéo émerge sur les réseaux sociaux et suscite une telle indignation, ça prouve que les Bahreïnis s’interrogent sur leur façon de traiter les étrangers. Et que les choses sont peu à peu en train de changer.

Épinglé à plusieurs reprises, le Bahreïn a mené une série de réformes concernant les travailleurs immigrés qui ont porté leurs premiers fruits : le pays a été retiré fin juillet de la liste des pays classés "rouge "dans la traite des êtres humains par le département d’État américain.

Cet article a été rédigé en collaboration avec Alexandre Capron (@alexcapron), journaliste à France 24.