Des militants d'un parti "anti-esclavagiste" ont eu affaire à la police  mauritanienne le 30 juillet dernier lors d'une marche organisée à Nouakchott nous rapporte notre contributeur "Ira Boghé".

Selon les médias mauritaniens, les manifestants réclamaient la libération de deux de leurs leaders, Biram Dah et Brahim Bilal, incarcérés plus de 247jours, condamnés pour "rébellion" après avoir dénoncé des cas d'esclavagisme en Mauritanie.


 Vingt-trois personnes ont été interpellées après des heurts avec la police, qui a lancé des gaz lacrymogènes sur la foule. Les photos ci-dessous nous ont été envoyées par "Ira Boghé " qui nous dit s'être rendu à la marche.




Officiellement, l'esclavage a été aboli en 1981 en Mauritanie. Mais l'lnitiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), mouvement non violent qui lutte contre la pratique de l'esclavage auquel appartiennent les manifestants, dénonce régulièrement des entorses à la loi.