Accéder au contenu principal
CHINE

Réprimés, les chrétiens chinois sortent leurs croix

Photos postées sur Weibo, par un chrétien vivant à Wenzhou.
Photos postées sur Weibo, par un chrétien vivant à Wenzhou.
3 mn

Publicité

Depuis trois semaines, les autorités du Zhejiang, province du sud-est de la Chine, décrochent les croix au sommet des églises, jugées trop visibles. Face à cette répression, des chrétiens de la région répondent pacifiquement en accrochant des croix artisanales à leurs fenêtres ou dans leur voiture.

Fin mai, le gouvernent du Zheijang a publié une nouvelle réglementation selon laquelle les croix surplombant les toits des églises devront être retirées et placées sur la façade des églises, avant septembre. Il est également prévu de restreindre leur taille, la surface de la croix ne devant pas dépasser un vingtième de celle du bâtiment. Les églises devront par ailleurs adopter un "style architectural chinois".

De nombreux décrochages de croix ont eu lieu depuis début juin à Wenzhou, une riche ville portuaire du Zhejiang, qui compte l'une des plus importantes minorités chrétiennes de Chine, avec 1,2 millions d’habitants - soit 10 % de sa population. Pour manifester leur désaccord, des chrétiens de la ville se sont mis à fabriquer eux-mêmes des croix en bois, qu’ils ont peintes en rouge. Accrochées sur la vitre de leur maison, dans leur voiture, portées comme une broche, elles sont devenues un symbole de défiance envers le pouvoir local.

Photo postée sur Weibo par un chrétien vivant à Wenzhou.

Fin 2013, les autorités du Zhejiang, inquiètes de l’expansion de la religion chrétienne, avaient déjà essayé de "rectifier" des églises, en lançant une campagne visant des "constructions illégales dans les zones industrielles". C'est ainsi que l’église monumentale [dont la construction avait duré plus de dix ans et coûté plus de 30 millions de yuans (4 millions d’euros), NDLR] de la province de Sanjiang, jugée "illégale", avait été détruite, marquant le début d’une brutale répression.

Église reconnue et églises "souterraines"

Face au durcissement des autorités, les manifestations se multiplient depuis un mois. Il y a deux types d’églises chrétiennes en Chine : certaines sont contrôlées par l’Association catholique patriotique chinoise, qui émane du Parti communiste et n’est pas reconnue par le Vatican. Ce sont les seules reconnues par l’État. En parallèle, un réseau d’"églises souterraines", souvent familiales, prospère en dehors des organisations officielles et pourrait regrouper plus de 60 millions de personnes.

Les représentants de l’Église catholique officielle chinoise ont exprimé pour la première fois publiquement leur indignation face à cette nouvelle campagne de répression. Dans une lettre ouverte publiée cette semaine, des prêtres de Whenzou ont ainsi appelé tous les chrétiens de Chine à se rassembler contre le programme des autorités.

La croix de l'église catholique Ma Bu Gao Sha à Pingyang a été décrochée le 31 juillet 2015, Vidéo postée sur Twitter par notre Observateur T.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.