ARABIE SAOUDITE

Arabie saoudite : cachez cet arc-en-ciel que je ne saurais voir

La police religieuse a infligé une lorde amende à cette école de Riyad à cause de l'arc-en-ciel peint sur sa façade. Photo Twitter.
La police religieuse a infligé une lorde amende à cette école de Riyad à cause de l'arc-en-ciel peint sur sa façade. Photo Twitter.

Publicité

Quand elles veulent exprimer leur refus de l’homosexualité, les autorités saoudiennes n’y vont pas de main morte. Récemment, la police religieuse du royaume a infligé une lourde amende à une école à Riyad pour une simple peinture représentant un-arc-en-ciel sur sa façade.

Depuis que les États-Unis ont annoncé la légalisation du mariage homosexuel sur leur territoire le 26 juin dernier, le symbole LGBT a envahi les réseaux sociaux et s’est retrouvé sur le fronton de nombreux bâtiments officiels dans le monde. Cette déferlante de témoignages de sympathie a mis les autorités saoudiennes sur les nerfs. Et l’école Talaee al-Noor International de Riyad en fait aujourd’hui les frais.

Cette école internationale privée a écopé d’une amende de 100 000 Riyal (environ 25 000 euros) pour avoir repeint sa façade aux couleurs de l’arc-en-ciel. Et un responsable de l’école a même été jeté en prison.

L’information a été donnée par l’un des comptes Twitter lié à la Commission de la promotion de la vertu et de la prévention du vice (police religieuse) le 17 juillet. Elle est accompagnée d’une photo montrant la façade sobrement repeinte en bleu marine.

"La Commission, la commune, et l’émirat ont fait enlever le symbole et infligé une amende de 100 000 Riyals à une 'école étrangère' qui a mis le symbole des homosexuels [sur sa façade]".

La lourde sanction a été applaudie par des dizaines de twittos saoudiens. Et certains se sont même improvisés chasseurs de symboles LGBT sur Internet.

Cet internaute, par exemple, à appelé au boycott d’une enseigne implantée en Arabie saoudite, uniquement parce qu’elle propose des vêtements aux couleurs bariolées.

"Le symbole des homosexuels est arrivé dans les magasins Claire’s qui vendent des accessoire pour filles. Faites attention et mettez en garde vos filles! ".

Un autre va encore plus loin et n’hésite pas à mettre à l’index les fidèles d’une mosquée de Riyad qui célébraient récemment la fête de l’Aïd al-Fitr en dansant avec des parapluies multicolores.

Cependant, l’idée de bannir l’arc-en-ciel de l’Arabie saoudite ne fait pas l’unanimité. De nombreux internautes ont en effet tenu à dénoncer cette obsession qu’ils jugent absurde.

"Les gens sont devenus fous. Savez-vous que l’arc-en-ciel est un phénomène naturel et que son existence a précédé son utilisation pour les homosexuels. C’est quoi ce délire !".

"Ça y est, ils ont découvert le symbole des homosexuels. Et à partir d’aujourd’hui donc, l’arc-en-ciel est devenu péché".

L’homosexualité est considérée comme crime par les autorités saoudiennes. Lors d’une réunion de la Commission des droits de l’Homme, tenue le 27 juin dernier à Genève, les représentants du royaume se sont fermement opposés à un projet de résolution pour les droits des LGBT. "L'Arabie saoudite réaffirme son soutien aux droits de l'Homme et de respect envers toutes les conventions internationales, tant qu'il est en conformité avec la loi islamique", a indiqué le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud al-Fayçal ben Abdulaziz al-Saoud, sur son compte Twitter.

"La police religieuse n’avait jamais prêté attention aux dessins d’arc-en-ciel jusqu’ici"

Mohamed Alsaeedi est un activiste des droits de l’Homme.

La décision de s’en prendre à cette école est totalement ridicule. La moitié des écoles et crèches en Arabie saoudite ont, à l’intérieur de leurs murs, des dessins d’arc-en-ciel. Que vont-ils faire ? Tous les effacer ?

C’est en tout cas la première fois que la police religieuse agit de la sorte. Elle n’a jamais prêté attention aux dessins d’arc-en-ciel jusqu’au buzz provoqué récemment par l’annonce de la légalisation du mariage homosexuel aux États-Unis.

Il s’agit par ailleurs d’un acte isolé. D’autre part, il n’y a pas eu  de recrudescence de la répression des homosexuels ces dernières semaines.

D’ailleurs, en Arabie saoudite, il est parfois plus facile de vivre une relation homosexuelle que de sortir avec une fille quand vous êtes un garçon. Et ce parce que les autorités font tout pour séparer les hommes des femmes, mais pas les personnes du même sexe, qui sont libres de se fréquenter dans les lieux publics. Les homosexuels peuvent donc se rencontrer dans la rue, les cafés, les centres commerciaux. En fait, partout à condition d’être discret. En revanche, quand des homosexuels se font prendre, ils risquent gros.

En Arabie saoudite, il n’existe pas de loi spécifique condamnant l’homosexualité. Mais en général, les personnes reconnues coupables de relations homosexuelles encourent des peines de prison et de flagellation. En novembre 2014, le tribunal de la ville de Dammam, à l’est du pays, avait condamné un homme à trois ans de prison et une amende de 26 000 euros pour avoir commis des "actes immoraux". Le mois de juillet précédent, un autre Saoudien de Médine a écopé d’une peine de trois ans de prison assortie de 450 coups de fouets après avoir été reconnu coupable de "promotion du vice et pratique de l’homosexualité".