Quatre personnes ont été arrêtées après avoir diffusé sur les réseaux sociaux chinois une sextape tournée sous la forme d’un selfie. L’annonce a été faite par le compte weibo officiel de la police pékinoise ce dimanche 19 juillet.

La vidéo
montre un jeune couple chinois faisant l’amour dans une cabine d’essayage du magasin de vêtements Uniqlo à Sanlitun, un quartier chic à Pékin. Elle a d’abord été publiée sur un site érotique avant d’être diffusée par des internautes sur Wechat et ensuite Weibo mercredi. Elle a été vue des millions de fois avant d’être censurée.

Photo capture d’écran d'une recherche mot clé'' cabine d’essayage uniqlo '' censuré sur weibo

Quelques heures après le buzz, le magasin Uniqlo devenait une attraction à Pékin, des jeunes couples venant se photographier devant les vitrines en position suggestive. Conséquence inattendue, dans la matinée de jeudi la compagnie a enregistré une hausse de sa cotation en bourse de 5% à Hong Kong jeudi. Des internautes se sont même demandés s’il ne s’agissait pas là d’une stratégie commerciale de la part de l’entreprise japonaise.

Sur son compte officiel weibo, Uniqlo a toutefois nié toute implication et a appelé ses clients à "utiliser les cabines d’essayages mise à disposition de façon appropriée et à respecter des règles de la société ".

Les autorités chinoises ont vite réagi contre la diffusion du selfie érotique, jugée '' vulgaire'' et allant à l’encontre ''des valeurs essentielles du socialisme'' selon la CAC (Cyberspace Administration of China), l’organisme étatique de la surveillance en ligne.

La police pékinoise s’est mobilisée mercredi afin d’enquêter sur l’origine de la diffusion de ces images. Sina et Tencent, les deux entreprises détentrices des plus gros sites de microbloggings chinois, ont été ''rappelées à l’ordre'' par CAC et se sont vus demander de '' collaborer avec des autorités'' dans le cadre de l’enquête.
Internet /  Chine /  pékin /  sexe /  video