YEMEN

Scènes de liesse après une offensive contre les rebelles houthis à Aden

Entrée des troupes pro-gouvernementales dans Aden. Source : Twitter
Entrée des troupes pro-gouvernementales dans Aden. Source : Twitter

Les forces pro-gouvernementales ont lancé, mardi, une opération d’envergure pour reprendre la ville d’Aden, dans le sud du Yémen, que les rebelles chiites houthis occupent depuis mars dernier. Ces troupes favorables au président Abd Rabbo Mansour Hadi ont déjà repris un secteur stratégique de la ville. Notre Observateur sur place raconte le soulagement et l’espoir des habitants.

Publicité

Les forces pro-gouvernementales ont lancé, mardi, une opération d’envergure pour reprendre la ville d’Aden, dans le sud du Yémen, que les rebelles chiites houthis occupent depuis mars dernier. Ces troupes favorables au président Abd Rabbo Mansour Hadi ont déjà repris un secteur stratégique de la ville. Notre Observateur sur place raconte le soulagement et l’espoir des habitants.

Les forces pro-gouvernementales, appuyées par les frappes d'une coalition arabe commandée par l'Arabie saoudite, ont repris dès leur arrivée l'aéroport d'Aden, la deuxième ville du Yémen, et le premier port du pays. Ils continuent depuis de progresser dans d'autres secteurs de la ville. Ce mercredi soir, les combats font rage dans les quartiers donnant accès au port.

L’offensive a déclenché des scènes de liesse dans les quartiers d’Aden libérés, notamment celui de Khor Mascar, qui jouxte l’aéroport.

Vidéo montrant l'arrivée des troupes pro-gouvernementales à Aden. Postée sur YouTube.

Les troupes pro-gouvernementales accueillies en héros à Aden. Postée sur Twitter.

"On savait que quelque chose se préparait"

Alaa est un habitant d’Aden.

Après la reprise de l’aéroport d’Aden par les forces pro-gouvernementales ce mardi, un sentiment de grande victoire a envahi plusieurs secteurs d’Aden. Ça a notamment été le cas dans les quartiers de Cheikh Othmane, al-Mansourah et al-Brik, devenus le fief des "comités populaires" [organes constitués d’habitants d’Aden qui se sont portés volontaires pour combattre les Houthis] depuis l’offensive des rebelles houthis sur la ville en mars dernier. Des femmes et des enfants sont notamment sortis dans les rues pour faire la fête. On a entendu des tirs de joie jusque tard dans la soirée.

Tirs de joie et youyous à Aden. Images Twitter.

À vrai dire, on sentait que quelque chose se préparait avant l’arrivée des forces pro-gouvernementales, même si l’opération a été préparée dans le plus grand secret [l’arrivée des troupes fidèles au président Abd Rabbo Mansour à Aden n’a pas été annoncée dans les médias, NDLR]. Car à la veille de l’offensive, on a observé un retrait des rebelles houthis dans plusieurs secteurs. Je pense qu’ils étaient au courant.

La libération du secteur de Khor Mascar, juste au sud de l’aéroport, est une avancée importante, car cette zone, au cœur de la ville, est stratégique : elle est comme un sas permettant d’accéder aux quartiers donnant sur le port. Or, c’est via le port que les rebelles reçoivent leurs armes et leurs renforts.

Cette habitante d'Aden fête l'arrivée des troupes gouvernementales avec des tirs de Kalach.

"Malgré des avancées importantes, les habitants d’Aden ne se sentent pas totalement en sécurité"

Il faut néanmoins rester prudent car des snipers houthis sont toujours en poste à Khor Mascar. Depuis le début de l’offensive pro-gouvernementale, les "comités populaires" ont installé des check-point et empêchent les habitants d’y pénétrer jusqu'à ce que le quartier soit totalement sécurisé. Appuyés par l’armée, ces comités mènent actuellement une opération de ratissage de grande envergure, inspectant minutieusement les maisons et les bâtiments administratifs.

En ce moment, les forces pro-gouvernementales sont également en train d’encercler plusieurs zones houthies donnant directement accès au port d’Aden, notamment Moualla où ils ont pu reprendre le siège du gouvernorat, et surtout At-Tawahi, où les rebelles se sont retranchés en grand nombre. Malgré ces avancées importantes, les habitants d’Aden ne se sentent pas totalement en sécurité car les rebelles houthis ont intensifié les tirs au mortier, et des obus atterrissent souvent dans les immeubles habités par les civils.

Depuis le début de cette offensive à Aden, douze civils ont été tués et 105 blessés dans des bombardements rebelles, a indiqué le chef du département de la santé de la ville. Dans les rangs des troupes pro-gouvernementales, huit combattants sont morts selon la même source.

En juillet 2014, lors d’une offensive lancée depuis leur fief de Saada (nord), les Houthis avaient, avec l'aide des soldats restés fidèles à l'ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh, réussi à prendre de vastes pans de territoire au Yémen. Après avoir pris le contrôle de la capitale Sanaa, ils étaient parvenus à mettre la main sur Aden. Mais ils font face, depuis le 26 mars, aux attaques d’une coalition militaire menée par l'Arabie saoudite, qui soutient le gouvernement de Sanaa.

Le conflit au Yémen a fait plus de 3 200 morts, dont une moitié de civils, depuis mars, selon l’ONU.