Souvent accusée de bafouer les droits des travailleurs étrangers, l’Arabie saoudite a introduit une nouvelle mesure ces dernières années interdisant aux entreprises de faire travailler leurs ouvriers durant les heures de chaleur estivale. Une mesure pas toujours respectée, comme le montrent les nombreuses images postées sur les réseaux sociaux.

Cette mesure, qui figure dans le Code du travail saoudien, interdit aux entreprises de faire travailler les ouvriers entre midi et 15 heures, et ce pendant la période allant du 15 juin au 15 septembre. Les entreprises qui contreviennent à la loi devront payer 10000 rials d’amende [2400 euros] et risquent jusqu’à la fermeture définitive.

Depuis le 15 juin dernier, le ministère du Travail ne cesse d’afficher sa volonté de sévir contre les entreprises contrevenantes. Il anotamment multiplié les mises en garde envers les entreprises et une hotline a été mise à la disposition des Saoudiens qui souhaitent dénoncer les atteintes à la loi. Sur les réseaux sociaux, les internautes ont été nombreux à participer.

Un internaute a par exemple filmé un chantier de chemin de fer à Riyad. "Il est 14 heures et, comme vous pouvez le voir, cette entreprise ne semble pas se soucier de la mesure d’interdiction."



Un autre internaute a filmé le chantier d’un bâtiment à 13 heures.


Ce Twittos a lui pris en photo un chantier situé près d’un restaurant qui a pignon sur rue à Riyad. "Il est 12h30", précise-il.


"Le ministère parle beaucoup mais n’agit pas", déplore encore cet internaute.


Ces images ont été prises dans la province d’Al-Qassim. Le tableau de bord de la voiture affiche 44°C.


"Il est humainement impossible de travailler par 55°C"

Mohammed al-Saeedi, notre Observateur en Arabie saoudite.

Cette mesure a été introduire en Arabie saoudite il y a trois ans en raison de nombreuses pressions exercées par les ONG de défense des droits de l’Homme sur les autorités. Et avec beaucoup de retard, car dans les autres pays du Golfe tels que le Bahrein et le Qatar, elle existe depuis une dizaine d’années [Le Qatar fait aussi l’objet de nombreuses critiques en termes d’atteintes aux droits des travailleurs étrangers].

Globalement, les grandes entreprises en Arabie saoudite respectent ce règlement et font en sorte d’adapter les horaires. Il est en effet humainement impossible de travailler en milieu de journée où les températures peuvent atteindre jusqu’à 55°C, d’autant plus qu’on est en plein mois de ramadan. Pourtant, les petites entreprises de construction, qui sont généralement tenues par des étrangers, l’enfreignent sans vergogne.

Les petits entrepreneurs payent en fait leurs ouvriers, souvent originaires du Pakistan ou du Bangladesh, à la tâche et non à l’heure ou au mois. Ils les obligent ainsi à travailler le plus rapidement possible pour finir et passer au chantier suivant. Et ces travailleurs ne rechignent pas, car ils savent qu’ils doivent ramasser le maximum d’argent car ils peuvent ne pas avoir de travail le lendemain.