BURUNDI

Burundi : qui sont ces hommes en civil qui aident la police à réprimer les manifestations ?

Depuis le début des manifestations au Burundi, des personnes habillées en civil prêtent main forte à la police. Pour nos Observateurs, il s’agit de membres d’une milice violente proche du parti présidentiel qui aiderait à mater la contestation.

Publicité

Capture d'écran d'une vidéo prise dans le quartier Kanyosha à Bujumbura, montrant des manifestants pro-Nkrurunziza armés de bâtons.

Depuis le début des manifestations au Burundi, des personnes habillées en civil prêtent main forte à la police. Pour nos Observateurs, il s’agit de membres d’une milice violente proche du parti présidentiel qui aiderait à mater la contestation.

Plusieurs vidéos envoyées par nos Observateurs montrent des individus être arrêtés, parfois violemment, par des manifestants et confiés à des militaires burundais. Les manifestants, qui s’opposent à un troisième mandat du président Pierre Nkurunziza, affirment qu’il s’agit de miliciens pro-gouvernement qui espionnent pour la police.

Un individu est arrêté par des manifestants, qui assurent qu'il s'agit d'un espion. Il sera confié aux militaires. Images de notre Observateur Dany.

Sur d’autres images transmises par Dany, un de nos Observateurs dans le sud de Bujumbura, on peut voir des hommes en civil qui assistent les policiers lors d’arrestations, avant de monter dans un véhicule de police. Il explique "j’ai vu ces hommes aider les policiers à arrêter des manifestants qui avaient lancé des pierres, puis monter avec eux dans les véhicules de police".

Deux hommes en civil aident les policiers à arrêter des manifestants avant de monter dans le véhicule avec eux. Capture d'une vidéo envoyée par notre Observateur Dany.

 

Sur cette autre image, un homme avec un t-shirt jaune et armé d'un gourdin se mêle aux policiers. Ce dernier n'est pas un manifestant, et ne semble pas inquiété par les policiers alors qu'il fait face aux manifestants.

 

Des captures d'écran d'une vidéo consultée par les Observateurs montrent un homme armé d'un bâton de bambou faire face aux manifestants. Ce dernier n'est pas inquiété par les policiers.

Les manifestants sont persuadés que ces hommes sont des "Imbonerakure" ("Ceux qui voient loin" en Kirundi), la branche jeunesse du CNDD-FDD, le parti au pouvoir au Burundi. Cette ligue, qui compterait 50 000 membres à travers le pays, a une réputation sulfureuse. Des activistes lui reprochent d’être une milice paramilitaire violente à la solde du pouvoir. Selon les Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN) de l’ONU, 17 000 Burundais auraient déjà fui vers le Rwanda de peur d’être victimes de ces Imbonerakure.

Les images ci-dessus ne permettent pas d’affirmer que ces personnes sont des "Imbonerakure". Il pourrait également s’agir de policiers en civil. Cependant, plusieurs de nos Observateurs ont été témoins de scènes similaires et affirment que ces auxiliaires de la police sont bien des membres de la milice proche du pouvoir connus dans leur quartier.

"Lundi, ils chantaient ‘Les manifestants, on va vous lessiver !’"

Diane (pseudonyme), habite un quartier du nord de Bujumbura.

Les Imbonerakure font des sorties en groupe. Lundi, on les a entendus chanter contre les manifestants. L’une des chansons disait : ‘les manifestants on va vous lessiver, on va vous repasser s’il faut’. On les a souvent vus manifester ces derniers temps, ce n’est pas compliqué de les repérer parce que ce sont les seuls protestataires au Burundi escortés par la police. Et ils chantent à la gloire du président Nkurunziza.

Des manifestants pro-Nkurunziza, probablement des Imbonerakure, bâtons à la main, chantent ""Urunwarunwa", signifiant en kirundi "propos non fondés" en référence aux accusations contre la ligue des jeunes du parti d'être impliqués dans les violences. Vidéo envoyée par un Observateur et filmée le 28 avril à Kanyosha.

Mais hors de ces démonstrations, il n’est pas simple de les repérer. Ils sont soit habillés en civil ou en uniforme de policiers [hier, le chef de la police a nié auprès de journalistes burundais cette information lors d’une conférence de presse, NDLR].

En dehors de nos Observateurs, des journalistes de Radio Bonesha ont également affirmé avoir été agressés, hier, à Bujumbura, par des hommes qui, selon eux, étaient des "Imbonerakure".

"La présence 'd’Imbonerakure' auprès des policiers est une allégation non fondée"

Contacté par France 24, le président des" imbonerakure", Denis Karera, affirme que ses hommes n’assistent pas la police et qu’il s’agit "d’allégations non fondées".

Selon lui, de nombreux membres de sa ligue ont porté plainte pour avoir été blessés par des manifestants ces derniers jours. Il explique "inviter tous les membres de 'Imbonerakure' à éviter les provocations".

Les derniers bilans transmis par la Croix Rouge burundaise fait état de 6 morts et 46 blessés depuis le début des manifestations. Le procureur général de la République du Burundi a annoncé mercredi la mis en place d'une commission d'enquête judiciaire sur les manifestations contre le troisième mandat du président Pierre Nkurunziza, qu'il a qualifié de "mouvement insurrectionnel".

Cet article a été rédigé en collaboration avec Alexandre Capron (@alexcapron), journaliste à France 24.