ESPAGNE

Vidéo : Un Dominicain tabassé par la police espagnole lors de son expulsion

Sur cette vidéo, diffusée la semaine dernière, des policiers frappent un étranger expulsé d'Espagne, dans l'avion le ramenant en République dominicaine, son pays d'origine. Une scène loin d'être inhabituelle, selon le collectif ayant diffusé les images.

Publicité

Capture d'écran de la vidéo ci-dessous.

Sur cette vidéo, diffusée la semaine dernière, des policiers frappent un étranger expulsé d'Espagne, dans l'avion le ramenant en République dominicaine, son pays d'origine. Une scène loin d'être inhabituelle, selon le collectif ayant diffusé les images.

"Lâchez-moi, vous abusez, vous me faites mal au poignet", hurle le Dominicain, Dawlin Sánchez, fermement tenu par deux policiers, tandis qu’une femme le frappe violemment. Les cris se répètent, sans toutefois inquiéter cette dernière, tandis que de nombreux passagers assistent à la scène, sans réagir. La policière ordonne ensuite que l'on cesse de filmer, et la vidéo – tournée par une passagère – coupe.

Vidéo diffusée sur Youtube par le collectif Stop Deportación.

La scène s’est déroulée le 11 avril dernier, à bord d'un avion de la compagnie Air Europa, reliant Madrid à la République dominicaine. Selon la police, Dawlin Sánchez aurait résisté et se serait accroché à la chemise de l’un des agents, ce qui aurait justifié leur réaction.

Une version confirmée par le Dominicain, interviewé par le quotidien espagnol "El Mundo" : "J’ai un peu résisté, j’ai gesticulé, je leur ai dit que je ne pouvais pas revenir en République dominicaine, ça fait 14 ans que je vis en Espagne, j'ai toute ma famille là-bas". En revanche, l'homme assure ne pas s'en être pris aux policiers : "Comment j'aurais pu leur faire du mal, vu que j’étais menotté ?" Il affirme également avoir été traité "comme un chien". "La femme me donnait des coups à la tête et sur le torse. Un type me tenait par le cou et un autre me tenait le bras", précise-t-il.

Diffusée par le collectif Stop Deportación, la vidéo a immédiatement suscité la réprobation de nombreux internautes espagnols, mais également de diplomates dominicains. De son côté, le Commissariat général aux étrangers et aux frontières a annoncé l’ouverture d’une enquête afin d’établir si les policiers avaient réagi de manière excessive ou non.

"Mon Dieu, que la police est répugnante, en donnant une raclée au Dominicain dans l'avion le renvoyant vers son pays", écrit cet internaute.

Selon le collectif – qui milite notamment pour la fermeture des centres de rétention – ce type de violences se produit fréquemment, en "toute impunité", lorsque des étrangers sont renvoyés d'Espagne.

Selon des sources proches du dossier, Dawlin Sánchez a été expulsé d'Espagne sur ordre d’un juge, après avoir purgé une peine de prison de six mois. Son expulsion s’inscrit dans le cadre des procédures dites "express", qui permettent à la police de renvoyer un étranger vers son pays en 72 heures, sans nécessairement de contrôle judiciaire.

Les expulsions "express" – vivement critiquées par plusieurs ONG et le Conseil général des avocats espagnols, qui estiment qu'elles empêchent les étrangers de se défendre correctement – sont de plus en plus nombreuses. Selon le gouvernement, 6 462 personnes ont été renvoyées vers leur pays d’origine en 2013 selon cette procédure, tandis que 4 726 ont été expulsées selon la procédure classique, à partir des centres de rétention.

Plus de 26 000 immigrants ont été expulsés d’Espagne par voie aérienne entre 2010 et 2014, selon le ministère de l'Intérieur.