IRAK

Bataille de Tikrit : la fausse photo des forces spéciales irakiennes

La ville de Tikrit, tenue par les combattants de l’organisation de l'État islamiste (EI), est depuis plusieurs jours le théâtre de combats entre les jihadistes et l’armée irakienne, appuyée par des milices chiites. Dans ce contexte, un média iranien a posté cette photo, présentée comme celle d’un membre des forces spéciales irakienne dans la ville. Problème : elle a été prise en 2014 à plus d’une centaine de kilomètres de là. Lire la suite …

Publicité

La photo présentée comme prise à Tikrit.

La ville de Tikrit, tenue par les combattants de l’organisation de l'État islamiste (EI), est depuis plusieurs jours le théâtre de combats entre les jihadistes et l’armée irakienne, appuyée par des milices chiites. Dans ce contexte, un média iranien a posté cette photo, présentée comme celle d’un membre des forces spéciales irakienne dans la ville. Problème : elle a été prise en 2014 à plus d’une centaine de kilomètres de là.

Deux images ont été relayées fin mars par les comptes Twitter et Facebook de la chaîne iranienne Al-Alam, une des principales chaînes arabophones d’Iran. Les photos ont depuis été supprimées, mais notre équipe a pu récupérer la version en cache visible ici :

Le commentaire qui accompagne les deux photos est le suivant :

"Les forces irakiennes prennent le contrôle de l’hôpital de Tikrit et des immeubles d’habitations des médecins #tikrit #irak". Le post a reçu plus de 2000 likes sur Facebook. Pourtant les photos n’ont pas été prises à Tikrit mais à Ramadi, une autre ville irakienne. La photo originale (ci-dessous) a été postée le 20 septembre 2014 sur le site des "Forces des opérations spéciales", unités spécialisées dans la lutte antiterroriste irakienne. Elles illustraient alors l’annonce de la reprise de zones situées à quelques kilomètres (appelées sur place zones 7 Kilo et 5 Kilo) de Ramadi, dans la province irakienne d’Al-Anbar, aux combattants de l’EI.

Et une fois de plus, des internautes ont relevé la supercherie.

Le 1er avril, la ville de Tikrit restait le terrain de violents combats entre armée irakienne appuyée par les milices chiites d’un côté et combattants de l’organisation État Islamique de l’autre. Après l’annonce de la libération de la ville le 31 mars par le ministre de l'Intérieur irakien, Mohammed al Ghabban, des photos de milices chiites ayant repris le contrôle de plusieurs bâtiments officiels ont été postées sur les réseaux sociaux. Toutefois, cette victoire annoncée a été nuancée par la coalition par son porte-parole Kim Michelsen, pour qui "certains secteurs (de Tikrit) sont toujours sous [le] contrôle [de l'EI], et un travail important reste à faire". La bataille de Tikrit, la plus grande opération lancée par Bagdad contre les jihadistes depuis leur offensive en juin 2014, a mobilisé des milliers de soldats, de policiers et de miliciens.