Des soldats irakiens à l'entrée du village Alalam près de Tikrit. Photo Twitter.

Plus d’une semaine après avoir lancé une offensive d’ampleur pour reprendre la ville de Tikrit aux combattants de l’organisation de l'État islamique (EI), les forces de sécurité irakiennes ont annoncé avoir repris plusieurs villages de la région. Mais leur progression est lente car les combattants de l’EI truffent de mines et de voitures piégées les endroits qu’ils quittent.

L’armée irakienne a annoncé avoir repris les localités d’Al-Dour et Al-Bouajil dimanche en fin de journée, à l’est de Tikrit. En pénétrant dans Al-Bouajil, l’armée et les milices chiites n’ont pas rencontré de résistance. Elles ont toutefois dû ratisser plusieurs heures durant pour enlever les mines posées par les combattants de l’EI avant de prendre la fuite.

Des soldats et des miliciens fêtent la libération de la localité d'Albouajil. Photo
Twitter.  

"Il y aussi des tireurs embusqués"

Ali Mahmoud est un journaliste irakien. Il a accompagné les forces de sécurité lors de la prise d’Albouajil.

Les forces de sécurité irakiennes veulent libérer toutes les localités alentour avant de lancer l’assaut sur Tikrit. La progression est donc lente, car les combattants de l’EI ont non seulement posé des mines, mais également placé des explosifs dans des véhicules et piégé des installations électriques. L’armée avance donc avec beaucoup de prudence. Les démineurs sont toujours à pied d’œuvre dans les rues principales d’Albouajil ; il faudra encore du temps pour sécuriser tout le village.

Depuis le début de l’offensive, l’armée irakienne a enlevé plus de 800 mines et neutralisé une trentaine de voitures piégées dans cette zone. Les jihadistes font cela pour se donner le temps de fuir. Des familles que j’ai rencontrées ici m’ont dit qu’elles avaient vu plusieurs véhicules de l’EI quitter la ville dans la direction de Kirkouk au Nord.

L’armée encercle Al-Alam à l’Est, l’un des derniers villages avant Tikrit, depuis plusieurs jours. Cette localité est presque libérée. Mais les forces de sécurité n’osent pas encore y entrer par peur des mines, mais aussi des tireurs embusqués.
L’armée encercle désormais la ville de Tikrit et l’offensive semble proche. Un chef militaire m’a dit que plus d’un millier de mines étaient également disséminées dans cette ville.