TERRITOIRES PALESTINIENS

Vidéo : des soldats se servent d’un chien pour terroriser un adolescent palestinien

Une vidéo diffusée sur Internet montre des soldats israéliens qui menacent un Palestinien à l’aide d’un chien. Alors que l’animal mord l’adolescent, les militaires lui crient : "Qui est la poule mouillée ?". Une pratique qui n’a rien d’exceptionnel, selon notre Observatrice.

Publicité

Capture d'écran de la deuxième vidéo ci-dessous.

Une vidéo diffusée sur Internet montre des soldats israéliens qui menacent un Palestinien à l’aide d’un chien. Alors que l’animal mord l’adolescent, les militaires lui crient : "Qui est la poule mouillée ?". Une pratique qui n’a rien d’exceptionnel, selon notre Observatrice.

Ce document a d’abord été publié par un ancien parlementaire de la droite israélienne, Michael Ben Ari, assortie du commentaire : "Les soldats ont donné une leçon à ce petit terroriste ". Il a rapidement supprimé la vidéo, mais elle avait déjà été reprise de nombreuses fois sur les réseaux sociaux.

La vidéo a été filmée en décembre dernier à Beit Umar, à dix kilomètres d’Hébron, par une caméra attachée au casque d’un soldat. On y voit des soldats qui utilisent leur chien pour effrayer un adolescent. On entend les soldats dire "qui est la poule mouillée ?" au jeune homme et ordonner au chien de "l’attraper ".

Le Palestinien que l’on voit sur ces images, Hamzeh Abu Hashem, a 16 ans. Il a été arrêté le 23 décembre pour avoir jeté des pierres sur des soldats israéliens. L’adolescent a été transporté à l’hôpital pour y soigner ses blessures, puis jugé et condamné à six mois de prison.

L’armée israélienne n’utilise plus de chiens lors de manifestations depuis 2012, à la suite d’un incident grave, mais elle continue d’en utiliser pour procéder à des arrestations.

“C’est une pratique courante”

Sarit Michaeli est porte-parole de B’Tselem, une ONG de défense des droits de l’Homme qui forme des activistes palestiniens à filmer les incidents impliquant l’armée israélienne en Cisjordanie.

L'un de nos caméramans a filmé toute la scène qui a précédé l’attaque du chien. Les soldats l’ont toutefois empêché de s’approcher, donc on ne voit pas sur ses images le chien qui agresse l’adolescent.

Mais nous avons pu interviewer un témoin qui était beaucoup plus proche de la scène et il nous a affirmé que les personnes qu’on entend se moquer du garçon dans cette vidéo, ce sont bien des soldats israéliens.

La vidéo filmée par les activistes de B'Tselem. 

Ce n’est malheureusement pas un incident isolé. Au cours des cinq dernières années, nous avons recueilli beaucoup de témoignages et d’images de ce type d’attaques. C’est en fait une pratique courante.

À chaque fois, on enlève la laisse au chien et on le lâche sur une personne qui essaie de s’enfuir. Ces animaux sont très forts, capables de mettre à terre des hommes robustes. Le maitre-chien arrive quelques secondes après, et fait en sorte que le chien lâche sa victime. Ce laps de temps peut paraître très long quand vous êtes mordus par un chien. Dans certains cas, l’animal n’obéit pas à son maître et le soldat est alors contraint d’utiliser une machine pour donner des chocs électriques au chien et qu’il lâche sa proie.

Ces chiens sont bien entraînés, mais ce ne sont pas des robots. Il n’est pas possible de les contrôler totalement. Il y a des cas où un chien s’en est pris à la mauvaise personne. En janvier 2013, l'un de ces animaux avait attaqué par erreur une dame âgée de 88 ans !

Les chiens ne devraient pas être utilisés de la sorte. Cette pratique est dangereuse et immorale. Quand nous interpellons l’armée – et nous ne le faisons pas toujours car nous n’avons pas les moyens de documenter toutes les attaques –, ils veulent bien s’expliquer sur des cas précis, mais ils ne remettent jamais en question l’utilisation de chiens pour procéder à des arrestations.

Après la propagation de la vidéo sur les réseaux sociaux, l’armée israélienne a annoncé dans un communiqué qu’une enquête allait être ouverte. "Il ne faut pas tirer de conclusions avant la fin de cette enquête. Toutefois, il n’y a pas de doute sur le fait que cet incident grave n’est pas le genre de comportement qu’on attend de nos soldats. Nous agirons de sorte à prévenir ce type d’incident à l’avenir ", ajoute le communiqué.