CHILI

Éruption spectaculaire du volcan Villarica au Chili

Publicité

Capture d'écran d'une vidéo publiée sur Instagram par fernardtoro.

Des rejets de lave et de cendres sur plus d’un kilomètre de hauteur, sortant du cratère du volcan Villarica, en Patagonie chilienne. C’est ce que les habitants vivant dans les localités voisines ont pu observer le 3 mars, lorsque ce volcan est entré en éruption vers 3 h du matin.

Plus de 3 600 personnes, notamment de Pucón et Coñaripe, ont été évacuées par les autorités, qui ont décrété l’alerte rouge dans un rayon de 10 km autour du volcan.

"À partir de 2 h 30 du matin, j’ai vu des flammes sortir du cratère du volcan, qui ont commencé à être de plus en plus importantes. À 3 h 03, il y a eu une explosion. Un nuage noir géant s'est ensuite formé au-dessus du cratère. On a entendu hurler les sirènes une vingtaine de minutes plus tard. Je suis allé voir des voisins, on a mis des affaires dans une voiture, j'ai pris mon chien… et on est allé se réfugier sur la péninsule du lac de Pucón, comme tous les autres habitants", témoigne Diego Diaz, venu rendre visite à sa famille à Pucón.

Vidéo publiée par Diego Diaz sur Facebook.

Selon le maire de cette ville, l’évacuation s’est déroulée dans le calme, les habitants étant déjà informés des procédures à suivre. Les principaux axes d’accès à la zone ont été restreints, en raison du risque d'inondations, dû à une montée du niveau des eaux de plusieurs rivières entourant le volcan. Les cours ont été suspendus dans plusieurs établissements scolaires de la zone, réquisitionnés pour héberger les personnes évacuées.

Contrôles policiers, en raison de la montée des eaux de plusieurs rivières entourant le volcan Villarica.Photo publiée sur Twitter par Ana Vega Opazo.

Rodrigo Álvarez, directeur national du Service national de géologie et de l’industrie minière a cherché à rassurer la population, en assurant que cette éruption n’était pas comparable à celle du volcan Chaitén en 2008, qui avait partiellement détruit le village du même nom. À l'aube, le volcan Villarica avait d’ailleurs cessé de rejeter de la lave et des cendres, permettant à de nombreux habitants de regagner leur foyer, bien que l’alerte rouge ait été maintenue.

Le volcan Villarica, sous surveillance constante, est l’un des plus actifs du pays. Sa dernière éruption majeure était survenue en 1971. Le Chili compte plus de 2 000 volcans, dont plus de 500 en activité.

De nombreux habitants ont pu rentrer chez eux à l'aube. Photo publiée sur Twitter par Araucania de Todos.