UKRAINE - FRANCE

En images : débordements en tribune lors de Dynamo Kiev - Guingamp

L’En avant de Guingamp jouait son match retour de huitièmes de finale de Coupe d’Europe à Kiev contre l’équipe du Dynamo. Mais c’est vers les tribunes que les cameras ont été braquées en fin de match : des supporteurs de Kiev sont descendus de leur tribune pour s’en prendre physiquement à la vingtaine de supporteurs de Guingamp.

Publicité

L’En avant de Guingamp jouait son match retour de huitièmes de finale de Coupe d’Europe à Kiev contre l’équipe du Dynamo. Une rencontre sous haute tension, que l'équipe bretonne a perdue (3-1), éliminée de la compétition malgré leur victoire au match aller (2-1).

Mais c’est vers les tribunes que les cameras ont été braquées en fin de match : à la 80e minute de jeu, alors que le Dynamo Kiev venait de marquer son troisième but, des supporteurs de Kiev sont descendus de leur tribune pour s’en prendre physiquement à la vingtaine de supporteurs de Guingamp.

Plusieurs vidéos amateur ont été tournées par les spectateurs.

On y voit les supporteurs Guingampais évacués pendant que ceux de Kiev tentent de monter dans les tribunes.

  Une bagarre éclate alors avec les stadiers qui tentent de ramener les supporteurs ukrainiens dans leur tribune. Une personne tombe et est attaquée à coups de pieds.

Images disponibles sur cette vidéo à partir de 1:50.

Le gardien de but du Dynamo Kiev, Oleksandr Shovkovskiy a lui-même tenté de calmer les supporteurs ukrainiens (en jaune rond rouge) tandis que le match a été interrompu pendant une dizaine de minutes.

Le Quai d’Orsay avait officiellement déconseillé à ces supporteurs de se rendre à Kiev en raison du contexte politique actuellement tendu. Le club Guingamp n’avait organisé aucun déplacement officiellement craignant des débordements comme en décembre dernier : en marge du match Dniepropetrovsk-Saint-Etienne, onze supporteurs français avaient été blessés.

Contacté par France 24, l’administrateur du site de supporteur du KopRouge93, l’un des principaux groupes de supporteurs de l’EAG, dont certains étaient présents explique :

Je n’étais pas à Kiev, mais j’ai eu des amis au téléphone qui y étaient. Ils ont eu très peur, se sont retrouvés en face de hooligans très baraqués qui voulaient clairement les frapper. Ils ont dû être escortés par l’armée jusqu’à leur hôtel. J’ai entendu que les supporteurs ukrainiens auraient été provoqués par un drapeau français ou séparatiste russe. [L’argument est repris dans le titre de certaines vidéos qui parlent de provocation des supporteurs français, sans en apporter la preuve NDLR.] Mais c’est n’importe quoi : des consignes avaient été données pour ne porter ni maillot ni écharpe avant le match, et de ne les sortir que pendant.

Les supporteurs qui étaient là-bas savaient où ils mettaient les pieds car le président du Dynamo avait mis de l’huile sur le feu toute la semaine disant que c’était "toute une nation qui devait gagner un match" [propos rapportés par le président du club En avant de Guingamp].

Pour l’heure, l’EAG n’a pas indiqué s’il porterait plainte et le Dynamo Kiev ne s’est toujours pas exprimé au sujet de ces événements.